vendredi,25 septembre 2020
Accueil A La Une Dépénalisation de l’homosexualité: les députés de l’opposition dénoncent un passage en force

Dépénalisation de l’homosexualité: les députés de l’opposition dénoncent un passage en force

C’est au cours d’une conférence de presse qu’ils ont animée ce jeudi 02 juin 2020 que les députés des partis d’opposition Les Démocrates (LD), de l’Union nationale (UN), du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), ont tenu à s’insurger contre les incohérences ayant émaillé le vote des projets de lois à la première session ordinaire de l’Assemblée nationale. C’est le cas notamment de l’adoption de loi portant modification du Code pénal en République gabonaise et plus particulièrement l’amendement portant sur le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 dudit Code incriminant l’homosexualité qui aurait été voté en catimini par les députés du parti au pouvoir.  

Au cours de cette rencontre avec la presse nationale et internationale, les seize parlementaires sont largement revenus sur la loi des finances rectificative (LFR) , la loi portant modification du Code pénal en République gabonaise, et la loi sur les catastrophes sanitaires. Concernant d’ailleurs la LFR, le député du parti Les Démocrates, Jean Pierre Doukaga, s’exprimant au nom de ses collègues, a douté de la sincérité de ce projet de texte. 

Il a indiqué que les députés d’opposition ont voté contre parce que «  les chiffres inscrits en termes de prévision ne cadrent pas avec la réalité ».  « Il prévoit la production de 10 millions de baril de pétrole alors que l’Organisation des pays producteurs et exportateurs du pétrole (OPEP) a invité aux pays membres de revoir la production à la baisse », a-t-il relevé. Dans le même temps, Jean Pierre Doukaga a souligné que dans  la loi de finance rectificative, l’investissement aurait été passé au hachoire notamment dans  le secteur l’Education et le Fonds d’initiative départemental (FID).

S’agissant de la loi portant modification du Code pénal en République gabonaise, le député du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), Jean Robert Goulongana s’est quant à lui insurgé contre la procédure d’adoption de cette loi, relevant au passage que dans l’exposé des motifs, Julien Nkoghe Bekale n’a pas fait mention de la dépénalisation de l’homosexualité. Une sorte de subterfuge qui demontrait semblet-il la volonté du gouvernement de  « faire passer en force cette loi avec la complicité de certains députés du parti au pouvoir, alors que l’urgence de l’adoption de ce projet de texte ne se présentait pas notamment au regard de la complexité de la question de l’homosexualité face à la société gabonaise ».

Les députés d’opposition n’ont pas non plus manqué de s’indigner de la rapidité avec laquelle la loi portant modification du Code pénal en République gabonaise et la loi sur les catastrophes sanitaires ont été promulguées. La dernière ayant été adoptée en violation de la loi. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt