Démolitions sur la plage de la Sablière: Marie-Thérèse Vane s’explique

Opération de démolissage des baraques construites anarchiquement sur la plage de la sablière © Ministère de l'Intérieur

L’édile de la mairie de la Commune d’Akanda, Marie-Thérèse Vane, est revenue sur les véritables raisons qui ont conduit les forces de sécurité à procéder le samedi 16 juin 2018 dernier, à la démolition des constructions anarchiques de tous les petits commerces implantés le long du littoral. Une opération d’assainissement qui semble avoir laissé plus d’un sur le carreau.

Quelques jours après la démolition des constructions anarchiques sur la plage de la sablière, le premier adjoint au maire de la commune d’Akanda, Marie-Thérèse Vane, a tenu à édifier l’opinion sur la mise en oeuvre de cette opération. Ainsi, elle a expliqué  que «la partie du littoral ayant fait l’objet des démolitions, était une partie du domaine public dont l’occupation est réglementée par la loi N°14/63 du 08 mai 1963 ».

Selon cette dernière, le but de cette opération était entre autres de protéger le littoral mais également «d’assurer un développement harmonieux et moderne de notre jeune commune. Nous n’allons pas tolérer que cette ambition soit compromise par l’incivisme d’une minorité », a-t-elle déclaré.

En effet, cette opération d’assainissement conjointement menée par le ministère de l’Intérieur, celui de la Défense Nationale et par la mairie d’Akanda, a participé à débarrasser la zone de petits commerces anarchiquement construits le long du littoral depuis plusieurs années, et servant de lieu de loisir aux riverains.

Si  pour certains l’action est louable car participant à assainir l’environnement, elle a pour d’autres réduit à néant les efforts de ces compatriotes propriétaires de commerces.

Laissez votre commentaire