L’intégralité de la déclaration de Guy Christian Mavioga du 16 octobre 2017

Guy Christian Mavioga, le 16 octobre 2017 © GMT

A l’occasion du 8e anniversaire de l’accession à la Magistrature suprême d’Ali Bongo au pouvoir

« Qu’est-ce qui empêcherait alors, à Ali Bongo Ondimba de créer son propre parti politique qui serait un grand rassemblement populaire pour le développement de tous ? »

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes, journalistes de notre cher beau pays le Gabon, je vous remercie d’être venus nombreux partager avec moi et certains de mes collaborateurs, le gâteau de l’amitié, le gâteau de l’espoir en ce jour particulier qui nous rappelle le démarrage du train de l’Emergence avec l’accession à la Magistrature suprême de Son Excellence, Ali Bongo Ondimba.

Ce jour, 16 octobre 2017 me rappelle le 16 octobre 2009, jour où le Gabon tournait une page pour en ouvrir une autre. 16 octobre 2009-16octobre 2017, voici déjà, jour pour jour, 8 ans qu’Ali Bongo Ondimba est aux commandes du pays.

Ce jour-là, je me souviens très bien, Ali Bongo Ondimba en costume noir, chemise blanche et une écharpe bien rouge signait son pacte avec le Gabon par la prestation de serment, main gauche sur la Constitution et la main droite levée conformément aux dispositions de notre Loi fondamentale.

Ce jour-là, il y avait plusieurs témoins, le peuple Gabonais, les vivants et les morts, toutes les institutions de la République et de nombreux représentants des pays amis parmi lesquels les deux Congo avec Denis Sassou Nguesso et Joseph Kabila Kabangue, la Guinée équatoriale avec Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Sao Tomé et Principe avec Fradique de Menezes ; le Mali avec Amadou Toumani Touré, le Bénin avec Thomas Yayi Boni et bien d’autres à l’instar de la France, oui la France à la tête d’une forte délégation de l’Union européenne conduite par Alain Joyandet alors secrétaire d’Etat à la Coopération du gouvernement français.

Tout le monde était là, même les pédégistes d’hier devenus opposants d’aujourd’hui et devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba, signait un bail d’environ 21 ans au moins au sommet de l’Etat.

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba n’a jamais caché ses ambitions d’amener le Gabon vers l’Emergence à l’horizon 2025.

Implicitement, d’un commun accord, avec les entités du Gabon et de la communauté internationale, Ali Bongo Ondimba scellait son positionnement au sommet de l’Etat jusqu’à l’horizon 2025 au minimum.

A notre entendement, horizon 2025 signifiait trois mandats au moins.  C’est pourquoi pour nous, 2016 représentait une escale sur la route de l’Emergence et dont le train pourrait entrer en gare en 2025 si et seulement si toutes les conditions étaient réunies.

Certes, cette escale du train de l’Emergence comme un avion qui atterrit lorsque le plafond est bas, vient d’amorcer un nouveau décollage même si celui-ci s’est fait sous la tempête, le mauvais temps et avec des terroristes à son bord, mais il n’en demeure pas moins que le train vient à nouveau de quitter la gare pour continuer son voyage.

En cette circonstance particulière du jour du souvenir, il me plaît en mon propre nom et en celui du BDC, de souhaiter à Son Excellence, Ali Bongo Ondimba, président de la République, chef de l’Etat, un Joyeux 8ème anniversaire à la Magistrature suprême.

Je profite de cette opportunité pour réaffirmer notre attachement indéfectible au président de la République et à sa vision du pays, pour le bonheur de tous.

Puisse l’Eternel Dieu Tout Puissant, l’aider à accomplir sa mission avec amour et sagesse pour que le peuple gabonais tout entier lui soit reconnaissant.

Toutefois, nous attirons l’attention d’Ali Bongo Ondimba afin qu’il n’oublie jamais que le « pouvoir ne vient ni de l’orient, ni de l’occident ni du désert mais, de Dieu seul ». C’est pourquoi, la sagesse universelle et infinie nous enseigne que « Ceux qui bâtissent sans Dieu travaillent en vain » et nous refusons de travailler en vain.

Nous devons en toutes circonstances associer Dieu dans toutes nos actions pour que nous soyons dans une nation heureuse car les Saintes Ecritures déclarent : « Heureuse la nation dont l’Eternel Dieu est Roi ».

Devant Dieu et devant les Hommes ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis un Gabon de paix, de développement et de partage ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis de diversifier l’économie du pays aux fins de parvenir à une prospérité partagée entre tous les enfants de notre chère patrie sans discrimination aucune ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis qu’il ne sera heureux que lorsque tous les Gabonais seront heureux ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis l’avenir en confiance ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis la mise en œuvre du Plan stratégique Gabon Emergent endossé par un plan opérationnel dit pacte social appuyé aujourd’hui par l’égalité des chances ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis être le Président de tous les Gabonais, de ceux qui ont voté pour lui ou pas ;

Devant tout le monde, Ali Bongo Ondimba a promis être le Président des jeunes, des femmes et des hommes composant le Gabon éternel ;

En dépit des difficultés économiques et financières que traverse le Gabon, il faut reconnaître qu’Ali Bongo Ondimba a déjà fait même s’il reste encore beaucoup à faire.

A mon humble avis, le PDG est la locomotive de la Majorité et du pays, mais cette locomotive pose problème aujourd’hui, car ceux qui insultent viennent du PDG ;

Ceux qui s’opposent au régime en place viennent du PDG ;

Ceux qui froissent le drapeau de la République viennent du PDG ;

Ceux qui terrorisent, menacent la quiétude et l’unité nationale viennent du PDG ;

Ceux qui se disent opposants radicaux viennent du PDG ;

Ceux qui font du tort à la nation viennent pour la plupart du PDG ;

C’est pourquoi, nous pensons que le PDG à l’étape actuelle, est le Premier Danger du Gabon.

D’ailleurs, une machine quand elle est vieille finit par coûter chère en changeant des pièces tous les jours.

Par conséquent, nous réaffirmons notre vœu de voir Ali Bongo Ondimba créer son propre parti politique.

Doit-on rappeler que le président Léon Mba, en arrivant au pouvoir a créé son propre parti politique le BDG ?

Doit-on rappeler que le président Omar Bongo Ondimba, en arrivant au pouvoir a créé son propre parti politique, le PDG ?

Qu’est-ce qui empêcherait alors, à Ali Bongo Ondimba de créer son propre parti politique qui serait un grand rassemblement populaire pour le développement de tous ?

Un grand rassemblement dans lequel nous serons capables de le suivre pourquoi pas autrement pour dissiper tout malentendu !

Le ciel du Gabon doit s’éclaircir.

Il est temps de séparer l’ivraie du bon grain afin de parvenir à un avenir en toute confiance.

Si le courage n’est pas le partage des Pdgistes actuels, je vous suggère au moins de changer le logo du PDG ; car le logo actuel du PDG est incompatible avec l’ambition d’Ali Bongo Ondimba qui souhaite de tous ses vœux, de faire du Gabon, un pays émergent.

Pour paraphraser le Président Ali Bongo Ondimba : « agissons ensemble pour un avenir en toute confiance avec une prospérité partagée et l’égalité des chances ».

Que le Très Haut, Créateur du Gabon et des Gabonais protège Ali Bongo Ondimba.

Encore une fois de plus, Joyeux 8ème anniversaire Monsieur le Président de la République.

Je vous remercie.

Guy Christian MAVIOGA

Secrétaire général exécutif du BDC

Laissez votre avis