samedi,19 septembre 2020
Accueil A La Une Déclaration de politique générale: «une panoplie de promesses démagogiques», selon Barro Chambrier

Déclaration de politique générale: «une panoplie de promesses démagogiques», selon Barro Chambrier

C’est au micro de Radio France internationale (RFI) que le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM)  s’est exprimé sur le discours de politique générale de Rose Christiane Ossouka Raponda prononcé le vendredi 4 septembre dernier devant la représentation nationale. Un discours frappé du sceau de l’autopsie selon Alexandre Barro Chambrier pour qui aucune des promesses révélées ne sera tenue. 

On finira par croire que l’exercice auquel s’est livré l’économiste Ossouka Raponda et auquel se soumet chaque nouveau chef de gouvernement, n’a convaincu personne. Pire, eu égard aux réactions, la femme qui est rentrée dans l’histoire en occupant pour la première fois le poste de Premier ministre, s’est pris les pieds dans la tapis. 

C’est en tout cas l’impression qu’elle a donnée pour nombre de personnalités politiques gabonaises, ayant écouté ledit discours qualifié de creux et redondant pour plusieurs d’entre eux au regard des promesses données par Ossouka Raponda  et qui ne seront malheureusement pas tenus. « Nous avons assisté à une panoplie de promesses démagogiques. Le pays est bloqués par des décisions mal avisées en matière budgétaire, en matière d’endettement dont on ne voit pas la contrepartie productive », a commenté Alexandre Barro Chambrier. 

Comme pour dire que la déclaration de politique générale de Rose Christiane Ossouka Raponda est frappée  du sceau de l’enfumage. Une attitude qui pour le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité est érigée en credo par le régime en place. La nouvelle locataire de la Primature n’aurait donc pas pu s’y soustraire.

On pourrait presque l’excuser et c’est d’ailleurs ce qu’a voulu faire ressortir Alexandre Barro Chambrier en disant sur les ondes de RFI que  « Tout le monde sait que le problème n’est pas le premier ministre, donc il n’y a rien de nouveau, ce pouvoir s’est constitué une solide réputation dans le déni des réalités », a-t-il déclaré. 

Un pouvoir qui n’a de cesse de museler ses populations et qui s’est servi du contexte sanitaire lié à la covid-19 pour continuer à restreindre les libertés fondamentales. La crainte d’une implosion sociale est la crainte que Alexandre Barro Chambrier a révélé à la journaliste de RFI. « Les libertés fondamentales sont bafouées alors qu’on nous dit que la situation sanitaire s’améliore. En réalité, il s’agit ici de museler l’opposition. Tout cela est absolument intolérable, nous ne pouvons pas continuer comme ça. Un moment donné, il va arriver ce qui va arriver. Actuellement au Gabon tout est possible ». 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt