samedi,28 novembre 2020
Accueil A La Une Déclaration de politique générale: Ossouka Raponda attendue devant les députés ce vendredi

Déclaration de politique générale: Ossouka Raponda attendue devant les députés ce vendredi

C’est aux termes de son allocution pendant l’ouverture de la deuxième session parlementaire que Faustin Boukoubi a annoncé la date de la déclaration de politique générale à laquelle sera soumise, la cheffe du gouvernement Rose Christiane Ossouka Raponda. Cette dernière se présentera ainsi devant la représentation nationale ce vendredi 4 septembre aux fins de solliciter le vote de confiance des députés. 

« Sous réserve de l’approbation par la conférence des Présidents, les Députés vous recevront Vendredi 4 septembre ». Ce sont les mots adressés par le président de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi, à l’actuel Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda en référence à la déclaration de politique générale à laquelle elle doit se soumettre comme le recommande la loi fondamentale.

Pour le président de l’Assemblée nationale, l’article 28a confère à la locataire de la Primature sise avenue Jean Paul II, une double responsabilité. « Article 28a détermine votre double responsabilité, à la fois devant le Président de la République et devant l’Assemblée Nationale, dont vous solliciterez à son tour la confiance dans les tout prochains jours », a-t-il précisé. 

En effet, l’article 28a de la loi fondamentale précise clairement les délais impartis au Premier ministre, à compter de sa nomination, pour faire son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. « Dans un délai de quarante-cinq jours au plus, après sa nomination et après délibération du Conseil des ministres, le Premier ministre présente devant l’Assemblée Nationale son programme de politique générale qui donne lieu à un débat, suivi d’un vote de confiance. Le vote acquis à la majorité absolue des membres de l’Assemblée Nationale », précise sans ambiguïté la Constitution. 

A noter que cette disposition a fait l’objet par la Cour constitutionnelle, d’un avis foncièrement différent de la lettre et l’esprit de l’article qui désormais fait de la prestation de serment, le début du délai des 45 jours précédant la déclaration de politique générale alors qu’à la lecture du texte, ce dernier court dès le jour de la signature du décret portant nomination du chef du gouvernement. Un avis qui sonne comme une énième modification de la Constitution par la Haute juridiction.

Laissez votre commentaire

Lauris Pembahttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en droit Public, je suis passionnée par le journalisme depuis des années. J'anime l'actualité au quotidien sur GMT depuis son lancement en juillet 2016.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion