Déclaration de Mavioga : les partis de la majorité appellent au calme et au ressaisissement

Suite aux réactions à la sortie médiatique du secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien, Guy Christian Mavioga, au cours de laquelle, il a identifié le Parti démocratique gabonais comment le principale «danger du Gabon», appelant ainsi le président Ali Bongo Ondimba à le dissoudre, les partis membres de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence se sont réunis le vendredi 20 octobre dernier au Conseil national de la démocratie pour lancer un appel au calme et au ressaisissement.

Dans une déclaration lue par le président de l’Union pour la développement et la liberté (UDL), Jean Emane Eyoune, ce samedi 21 octobre 2017, au siège du BDC, sis à Oloumi dans le 4ème arrondissement de Libreville, les partis membres de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence ont tenu à donner leur position suite aux conflits internes qui en sont nés.

Jean Emane Eyoune a d’abord rappelé que la déclaration du porte-parole de la majorité républicaine s’inscrivait dans le cadre de la célébration des 8 ans de l’accession d’Ali Bongo à la magistrature suprême, précisant que «cette déclaration n’avait nullement pour but de créer des conflits interne au sein de la majorité mais visait à interpeller le parti de masse afin de faire en sorte que le rêve du président de la République de faire du Gabon, un pays émergent devienne une réalité.»

Pour apaiser le climat conflictuel qui semblait gagner les rangs de la majorité, que les chefs des partis soutenant l’action d’Ali Bongo ont lancé «un appel au calme et ressaisissement».

Rappelant le rôle centrale que joue le PDG dans la conduite aux destinées du Gabon, le président de l’UDL, s’exprimant au nom des partis composants la majorité Républicaine pour l’émergence, a expliqué le bien fondé de la réaction de Guy Christian Mavioga : «le rôle prépondérant que joue le Parti démocratique gabonais (…) justifie que les autres partis politique membre de la majorité se préoccupent des disfonctionnement interne que connaît ce parti.»; a-t-il précisé.

Tout en saluant l’initiative du président du BDC, pour avoir pensé à la date du 16 octobre, les partis membres de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence ont appelé à la «sérénité aux fins de construire un avenir», a-t-il conclu.

Laissez votre avis