Les décisions du conseil des ministres doivent être déclarées nulles selon les Mamboundouistes  

© Gabonactu

Faisant suite à la polémique née de la décision de la Cour constitutionnelle d’autoriser le Vice président de la République de présider un Conseil des ministres, les Mamboundouistes, courant politique proche de l’Union du peuple Gabonais (UPG), ont dans un communiqué rendu public ce lundi 19 novembre 2018 tenu à réagir à cette situation qui met à mal le fonctionnement régulier des institutions. Ainsi, ils ont estimé que les décisions prises au cours de cette séance n’ont aucune valeur légale.

En effet, la décision prise par la haute juridiction n’a pas fini de susciter des réprobations au sein de l’opinion, certains estimant que cette dernière avait commis  « un coup d’État constitutionnel ». Dans la même lancée ce courant  politique de l’opposition a tenu à fustiger cette position de la cour constitutionnelle dirigée par Marie Madeleine Mborantsuo.

Ils ont estimé que cette décision prise au mépris de la constitution gabonaise était frappée d’ illégalité, précisant par la suite que les décisions prise lors de cette séance du Conseil des ministres n’avaient aucune valeur juridique.

« Les Mamboundouistes pensent que toutes les décisions prises lors du Conseil des Ministres présidé par le Vice-Président de la République en sa séance du 16 Novembre 2018, doivent être déclarées nulles et de nul effet pour défaut d’habilitation expresse du Chef de l’Etat conformément à l’article 16 de la Constitution », a dénoncé le communiqué signé de Guy Constant Titus Koumba.

La cour constitutionnelle en modifiant  la loi fondamentale et en donnant cet aval au VPR s’est arrogée   les pouvoirs du législateur et a volontairement violé l’article 53 de la Constitution qui dispose que : « l’initiative des lois appartient concurremment au gouvernement et au Parlement ».

Laissez votre commentaire