lundi,25 janvier 2021
Accueil Derniers articles Curtis Eyeghe: «L’avènement des canaux de distribution centralisés et du e-commerce est...

Curtis Eyeghe: «L’avènement des canaux de distribution centralisés et du e-commerce est nécessaire à l’essor de la logistique»

A l’occasion des webinaires organisés par le Groupe  Gabon Logistics, un des intervenants, Curtis Eyeghe responsable Transport, Groupe Auchan Retail en France revient à travers cette interview exclusive accordée à Gabon Media Time sur la définition de logistique et transport, ses enjeux et sa perception dans le contexte gabonais à l’heure où la relance économique telle que prônée par les autorités gabonaises ne peut se départir de l’apport de ce secteur. 

Qu’est-ce que la logistique ?

La logistique est un ensemble d’activités qui visent à mettre à disposition le bon produit ou service au bon endroit, au bon moment et au coût le plus faible possible. C’est donc l’art d’associer la meilleure organisation au coût le plus bas sans dégrader la qualité de service. 

Où exerce-t-on ces métiers ?

La conscience collective associe majoritairement la logistique à l’environnement de l’entrepôt et même à la palette qui est un support de manutention. Au Gabon plus précisément, on pense au milieu portuaire. Il y a une certaine logique dans ces rapprochements.

Mais en réalité la logistique intervient dans toute entreprise dont l’avantage concurrentiel repose totalement ou en partie sur des performances physiques ou matérielles. Vous retrouvez donc de la logistique au sein de l’entreprise qui extrait la matière première, ainsi que chez le producteur/fabricant, le vendeur, le distributeur et même au sein de l’administration publique et certaines agences de marketing.

Comment expliquer que ce secteur soit moins connu du grand public au Gabon ?

Pendant des décennies la logistique s’est développée en milieu industriel pour en devenir un pilier. Ses concepts sont bien ancrés dans l’industrie automobile, aéronautique ou autre environnement fortement automatisé. A ce stade, le Gabon qui dispose de peu d’industries de transformation ne peut qu’en être moins concerné.

Cependant la logistique a aussi continué à se déployer au sein de l’économie mondiale pour devenir un service à part entière, créateur de richesses. C’est dans cette dernière phase qu’il y a matière à tirer pleinement profit dans notre pays. S’il est vrai qu’on ne peut pas dire que la logistique est inexistante au Gabon, il est tout autant vrai que son potentiel de développement reste immense.

Quel intérêt à mettre en lumière ce secteur ?

Pour repère, en France la dépense totale de transport s’élève à 425,1 milliards d’euros en 2018, soit 18,1 % du PIB. Cela inclut bien entendu le transport de marchandises, de voyageurs et l’investissement sur les infrastructures liées.  Sur la même année, les entreprises de transport produisaient 216,5 milliards d’euros. C’est une création de richesses basée essentiellement sur des services. Je vois là une aubaine pour le Gabon, toute chose étant égale par ailleurs, bien entendu.

De plus, notons qu’en France la part de la logistique dans le prix de vente d’un produit varie entre 8 et 15%. Il est pour l’instant difficile d’affirmer que ces proportions se confirment au Gabon tant nous manquons de données d’analyse. Cependant elles ne peuvent être plus basses. Mais en se basant uniquement sur le montant des importations déclaré en 2019, nous pouvons affirmer que si nous avions pu capter, en logistique, 1% de plus sur nos importations, la logistique aurait amélioré notre PNB de 12 milliards de FCFA. A mon avis, c’est assez pour susciter l’intérêt des opérateurs économiques locaux qui nous lisent.

Nous sommes à un stade où ce secteur ne peut qu’éclore grâce à l’avènement des canaux de distribution centralisés et du e-commerce. J’entrerai davantage en détail sur ces opportunités lors de ma participation le 3 Décembre 2020 à 16h00 sur le webinar du Groupe Gabon Logistics.

Quels parcours pour travailler en logistique et quel est votre cursus ?

La logistique touche des classes professionnelles très larges partant du personnel sans diplôme aux salariés hautement qualifiés. Tout le monde peut y trouver sa place. Pour ce qui me concerne j’ai eu un parcours d’études classique dont 5 années en Logistique et Transport, que j’ai complété par une certification en Stratégie d’entreprise à la prestigieuse école de commerce d’HEC Paris.

Pour conclure ?

À l’instar de tous les autres pays affectés par la COVID19, le Gabon va avoir besoin de tous ses secteurs porteurs pour relancer son économie. La logistique et le transport s’y inscrivent. Au regard du public concerné, ce sera certainement des opportunités d’emplois multiples qui viendront améliorer le pouvoir d’achat des ménages et réduire le chômage de masse chez les jeunes.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Bestheinfusion