Crise post-électorale : La société civile accompagne des victimes à la CPI

© Georges Bruno Ngoussi, Marceau Malecou et Georges Mpaga devant le siège de la CPI

Une délégation des membres de la société civile gabonaise conduite par Georges Mpaga et Georges Bruno Ngoussi s’est rendue, ce mardi 04 avril au siège de la Cour pénale internationale (CPI) pour apporter les preuves des violences postélectorales au Gabon, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par la Cour sur le Gabon.

Selon un communiqué transmis à la rédaction de Gabon Media Time, les deux leaders de la société civile ont accompagné des victimes des violences post-électorales. Ils ont tous été reçus au cabinet du procureur de la CPI, Fatou Bensouda.

La Société civile a entre autres soutenu le rôle essentiel de la CPI dans «la lutte contre l’impunité et l’arbitraire pour un monde libéré de la tyrann». Revenant sur les événement post-électoraux, ils ont interpellé la CPI «en vue d’une action efficace et urgente dans un pays comme le Gabon livré aux escadrons de la mort qui sème partout la désolation et la terreur pour le maintien au pouvoir de la dynastie des Bongo.» poursuit le communiqué.

La délégation de la Société civile gabonaise a en outre, précisé aux membres du cabinet du procureur de la CPI, les attentes légitimes des victimes et du peuple gabonais, qui selon eux ont «payé le tribut le plus lourd suite aux crimes contre l’humanité planifiés et mis en œuvre par le régime d’Ali Bongo.»

Georges Mpaga et Georges Bruno Ngoussi sont sortis de cette réunion satisfait des échanges et confiants dans le processus actuel conduit par la CPI sur le Gabon.

Laissez votre avis