Crise dans l’Éducation : le Séna se dit satisfait et prêt à reprendre les cours

C’est la principale information qu’on pourrait retenir après la séance de travail qui s’est tenue, le samedi 22 avril dernier, entre les ministres de la Fonction publique, Jean-Marie Ogandaga, de l’Education nationale, Florentin Moussavou et les enseignants membres du Syndicat de l’éducation nationale (Séna).



Dans l’objectif de promouvoir le dialogue social et de faire le point des revendications posées par les syndicalistes, en grève depuis le 31 octobre dernier, les membres du gouvernement ont échangé longuement avec les responsables du Séna. Une rencontre qui a permis à chaque partie de donner son point de vue sur le cahier de charge soumis aux pouvoirs publics.

De cet échange, il ressort que parmi les onze points inscrits dans le cahier de revendications du Syndicat de l’éducation nationale, plusieurs d’entre eux sont en voie de résolution, ou l’ont déjà été. On peut citer notamment le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) et des vacations, ainsi que la livraison progressive des tables-bancs, qui sont autant d’avancées significatives.

Au sortir de cette rencontre avec les syndicalistes, le ministre de l’Education nationale, Florentin Moussavou a exprimé son satisfecit, «en sortant de cette séance de travail, on peut noter que le Séna et nous, nous nous sommes parfaitement entendus et que la crise sociale qui paralyse le système éducatif va connaître son point d’orgue avec cet entretien constructif» a-t-il souligné.

Par ailleurs, les responsables du Séna ont apprécié la volonté des membres du gouvernement de maintenir le dialogue avec les partenaires sociaux. Exprimant au passage leur satisfaction relativement à l’amélioration observée au niveau de leurs points de discorde.

Laissez votre commentaire