Crimes rituels / Crise postélectorale : «Les disparus ont certainement été sacrifiés», dixit Elvis Ebang Ondo

C’est à la faveur d’une conférence de presse, qu’il a animé le vendredi 3 mars  dernier à Libreville, que le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a entretenu l’opinion sur la question des crimes rituel, mais aussi sur les nombreuses disparitions enregistrées lors de la crise post-électorale au Gabon.

Pour le président de l’ALCR, ce phénomène connaît une baisse avérée, estimant que «le grand marché a été effectué durant la crise postélectorale. Les disparus ont certainement été sacrifiés». Il a par ailleurs exigé des autorités la publication de la liste des personnes disparues durant cette période.

Au cours de son intervention Elvis Ebang Ondo a également souligné que «l’ALCR réclame encore la publication officielle des noms de toutes les personnes arrêtées, détenues dans les prisons ainsi que celles qui ont disparues lors des violences postélectorales du 31 août 2016», déplorant que jusqu’à présent rien est fait pour stopper ce phénomène, les présumés «assassins arrêtés sont toujours  libérés» a t-il indiqué.

En outre, il a fustigé le mutisme et le manque de volonté du gouvernement, «vous avez appris à travers les médias que le Chef de l’Etat et  le Gouvernement s’engagent  à combattre les crimes rituels. Effectivement nous comprenons le sens de leur  combat. Il faut museler la presse, réduire les effectifs des médecins légistes, manipuler les enquêteurs et corrompre les parents contestataires», ainsi l’ALCR exhorte la justice à s’emparer de cette question afin que lumière soit faite sur ces crimes et autres disparitions.  

Laissez votre avis