Création de l’APR :  Eric Dodo Bounguendza tape du poing sur la table

Comme un parfum de fin de cycle, le climat au sein du Parti démocratique gabonais (PDG) ne finit pas de faire l’actualité. A quelque jours de la tenue du congrès ordinaire de ladite formation politique et la publication d’un manifeste mettant en lumière l’existence d’une tendance en son sein après l’épisode Mogabo, le secrétaire général, Eric Dodo Bounguendza est monté au créneau ce mardi 5 décembre pour dénoncer ce qui s’apparente pour lui comme une acte d’indiscipline.

En effet, le Manifeste pour le reconstruction d’un PDG populaire par les actions de développement et de bonne gouvernance par les membre d’«Actions et perspectives pour le président de la République» n’a pas été du goût des responsables du parti au pouvoir qui y voient «une démarche qui relève de l’indiscipline notoire».

Ainsi, le secrétaire général du PDG a noté que le moment choisi par ces militants est intolérable. «Le moment choisi subtilement par les auteurs, à quelques jours du congrès ordinaire, s’assimile à une manoeuvre de division intolérable et injustifiable». Et «l’utilisation abusive du logo du PDG comme en-tête du manifeste est inacceptable», D’autant que «ce logo est là propriété de tous les militants, et le symbole fort de notre parti dont personne ne peut s’approprier pour satisfaire des intérêts personnels. Seuls les organes centraux et locaux, régulièrement reconnus sont habilités à l’utiliser»; a t-il martelé.

C’est donc pour ne pas laisser cette acte indisciplinaire impuni que le premier responsable du PDG a infligé aux signataires dudit document un avertissement  ceci conformément à l’article 154 des statuts du parti.

Il faut rappeler que les signataires du manifeste sont  aussi bien les membres du gouvernement, Noël Nelson Messone, Guy-Bertrand Mapangou, Christian Magnagna, Guy Maixent Mamiaka, Anicet Mboumbou Miyakou que les parlementaires Barnabé Indoumou Mamboungou, Célestin Bayogha Nembe, Marcellin Mve Ebang, Martin Mabala, Hilaire Machima, Guy-Christian Ossagou, ou d’anciens membres du gouvernement tels que Ernest Mpouho Epigat, Christophe Akagha Mba, François Engonga Owono, Eloi Nzondo, Calixte Nsie Edang, Serge Ename Nsolet, et ceux du Bureau politique Rigobert Ikambouayat Ndeka, Roger Mengue Ekomie, Alain Valéry Burobu Bu Bussambe.

Laissez votre avis