CPI / Bilie-By-Nze : «il ‘y a pas eu de la part d’Ali Bongo crime ou génocide commis au Gabon»

C’est à l’occasion de sa conférence de presse habituelle, tenue ce lundi 19 juin 2017, que le porte parole du gouvernement, Alain Claur Bilie-By-Nze a annoncé l’arrivée officielle de deux émissaires de la Cour pénale internationale en terre gabonaise, tout en précisant qu’ils ne viennent arrêter personne. 

Conscient de l’engouement créé par l’arrivée ce mardi 20 juin d’émissaires de la Cour pénale internationale (CPI) au Gabon, le ministre de la communication et porte parole du Gouvernement a tenu à préciser qu’il n’y a «personne qui va aller en prison parce que la CPI est arrivée».

Pour le porte parole du gouvernement, il faut savoir raison gardée «sur certaines choses», en l’occurrence l’arrestation d’Ali Bongo Ondimba. «Je vous dis qu’Ali Bongo est président de la République, il a prêté serment et y a personne qui peut le destituer», a-t-il martelé à l’endroit de ceux qui voient en la venue de l’institution internationale une possible destitution du Chef de l’Etat.

«Ceux qui attendent que quelqu’un à l’étranger proclame que c’est, untel qui a gagné c’est fini. ça n’existe pas.», a précisé Alain Claude Bilie-By-Nze

«La position d’Ali Bongo n’est pas impactée par l’arrivée au Gabon de deux fonctionnaires de la CPI. Pas du tout, ce d’autant plus qu’il ‘y a pas eu de la part d’Ali Bongo et de ses partisans crime ou génocide commis au Gabon.», a-t-il conclu

Laissez votre avis

Publicité