Gabon Gabonmediatime Nkoghe Bekale
Le président de l'Assemblée nationale Faustin Boukoubi (en arrière-plan) et le premier ministre Julien Nkoghe Bekale lors de sa déclaration de politique générale le vendredi 27 décembre 2019 © D.R.

C’est entre autres, la volonté principale des députés, lesquels ont à l’occasion de l’intervention au siège provisoire de l’Assemblée nationale du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, invité à faire le bilan des 15 derniers jours de l’état d’urgence, ont décidé de la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire dédiée au contrôle et à l’évaluation de la gestion de la riposte contre la Covid-19. Une sorte d’audit qui permettrait à Faustin Boukoubi et aux autres députés d’avoir une vue claire de la destination des fonds débloqués dans le cadre de la lutte contre cette pandémie. 

Le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi devant le chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale, n’a pas manqué à ses devoirs en décidant la mise en place d’une Commission d’enquête parlementaire dédiée au contrôle des actions et des investissements entrepris par le gouvernement pour lutter efficacement et durablement contre la pandémie liée à la crise sanitaire de la Covid-19. 

Cette initiative salutaire des représentants du peuple découle de l’une des prérogatives de l’Assemblée nationale qui se donne à lire par le contrôle de l’action gouvernementale. En décidant la mise en place de cette commission d’enquête pour constater et juger de l’usage pertinent des moyens débloqués dans le cadre de la riposte contre la Covid-19, Faustin Boukoubi veut avoir « une  idée exacte de la destination des fonds alloués à la lutte contre cette pandémie », précisent nos confrères du quotidien L’Union.

Sur un autre volet, la mise en place de cette Commission d’enquête parlementaire devrait-elle permettre aux députés de se rendre compte de la gestion républicaine ou pas de chaque ministère engagés dans la lutte contre cette pandémie mondiale surtout que d’aucuns « pointent du doigt de multiples détournements qui obéreraient l’action gouvernementale dans le combat contre cette pandémie » poursuivent nos confrères de L’Union

Toutes choses qui tendent à démontrer la volonté affichée des membres de l’Assemblée nationale à exercer pleinement une de leurs nombreuses prérogatives constitutionnelles, notamment le contrôle de l’action gouvernementale, au regard des conséquences socio-économiques et politiques que cette crise sanitaire qui secoue le Gabon depuis l’annonce du premier cas positif a été faite le 12 mars dernier. Une crise qui met à mal l’équilibre de la Nation et la continuité du service public.  

Laissez votre commentaire