mercredi,15 juillet 2020
Accueil A La Une Covid-19 : policiers et gendarmes toujours sur la voie publique sans équipements...

Covid-19 : policiers et gendarmes toujours sur la voie publique sans équipements de protection

Alors que le Conseil des ministres en sa séance du lundi 16 mars a pris des mesures visant à circonscrire la propagation du coronavirus, les ministères de l’Intérieur et de la Défense nationale semblent avoir du mal à s’arrimer à ces exigences émanant pourtant de la plus haute instance décisionnelle du pays. Dans les quartiers de Libreville, les policiers et les gendarmes sont apperçus faisant des contrôles sans équipement de protection et entassant les indélicats dans leurs véhicules mais certains poursuivraient aussi avec le racket sur les transporteurs urbain

Global Media Time Gifpx

Les ministres de l’intérieur et de la Défense nationale Lambert Noël Matha et Rose Christiane Ossouka Raponda  gagneraient à se plier aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) renforcées par les mesures prises en Conseil des ministres pour éviter toute nouvelle contamination. Pour cause plusieurs de leurs agents continueraient d’avoir des comportements à risque durant leur service, mais surtout poursuivrait des rackets à l’égard des transporteurs routiers. 

Selon un usager de la route, certains éléments de la gendarmerie nationale opéreraient des contrôles aux mépris des mesures de précaution édictées par le gouvernement. Outre l’absence d’équipements de protection, ces éléments des forces de sécurité et de défense procèdent à des contrôles mais surtout à des interpellations en entassant des dizaines de personnes dans leurs camions. Une attitude pour le moins dangereuse en période de pandémie et surtout que le gouvernement avait adopté la mesure d’interdiction de rassemblement de plus de 30 personnes.

Autre situation déplorable, la poursuite par certains éléments des forces de sécurité et de défense, le phénomène de rackettage qui semble avoir repris de plus belle. « Nous avons de la peine à faire des recettes, ces agents pratiquent encore le racket. Cette situation amène d’autres confrères à revoir à la hausse le coût de transport, et c’est le consommateur qui en paie le prix fort. »», a confié Guy Maurice Mboumba, tansporteur urbain cité par le site InfosGabon

Il est par exemple facile de constater sur plusieurs postes de contrôle notamment à quelques encablures  du pont Mpira au centre-ville, au Carrefour Likouala, ou encore au rond point d’Awendjé, des agents des forces de police nationale effectués des contrôles sans équipement de protection. Un fait inquiétant lorsqu’on sait par exemple que l’un des cas contaminé en l’occurrence l’agent de la police de l’air et des frontières a été exposé à ce virus lors d’un contrôle des passagers à l’aéroport de Libreville. 

Ces comportements pour le moins irresponsables, au moment où le pays traverse une situation sanitaire délicat devrait interpeller les responsables de ces départements ministériels afin non seulement de mettre un terme à ce type d’action mais surtout pour procéder à une sensibilisation des troupes qui devraient prendre au contraire une part active dans la lutte contre cette pandémie.  

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt