vendredi,10 juillet 2020
Accueil A La Une Covid-19: plusieurs corps gardés dans des pompes funèbres inhumés à titre d’indigent

Covid-19: plusieurs corps gardés dans des pompes funèbres inhumés à titre d’indigent

La question des saturations des pompes funèbres a fait l’objet d’une séance de travail à laquelle ont participé ce 17 mai 2020, plusieurs membres de l’équipe gouvernementale dont le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur Lambert-Noël Matha, des maires de Libreville, d’Owendo, et plusieurs responsables des pompes funèbres. Il était question au cours de cette rencontre, d’évoquer la question de l’inhumation à titre indigent des corps qui depuis plusieurs semaines s’entassent dans les morgues dans un contexte de catastrophe sanitaire liée au Covid-19. 

Global Media Time Gifpx

 

L’inhumation des corps à titre indigent, c’est la résolution prises par plusieurs personnalités au centre de la riposte contre le Covid-19 en tête desquelles le ministre d’État, ministre de l’intérieur Lambert-Noël Matha qui, accompagné des ministres de la Santé Max Limoukou, la Justice Erlyne Antonella Ndembet et des maires de Libreville et d’Owendo Léandre Nzue et Jeanne Mbagou, ont traité de la question primordiale relative à la saturation des maisons des pompes funèbres, et à la sécurité sanitaire des agents des pompes funèbres ce, en pleine catastrophe sanitaire liée au covid-19. 

 

En présence des responsables des patrons des pommes funèbres des Sociétés Gabonaise des Sépultures (GABOSEP), de celui de Compagnie Africaine des Sépultures du Gabon (CASEPGA) et enfin celui de la Société Africaine d’Assistance Funéraire (SAAF), qu’il a été décidé afin de décongestionner les établissements des pompes funèbres précitées de la mise en  place par le Procureur de la République près le Tribunal de Première instance de Libreville d’une « action publique à l’endroit de la Mairie, à l’effet d’inhumer de façon imminente plusieurs corps ayant séjourné longtemps dans les pompes funèbres, à titre d’indigent» a-t-on pu lire dans une communication officielle du ministère de l’Intérieur. 

 

Cette décision est motivée par le contexte de crise sanitaire liée au à la pandémie mondiale de la Covid-19 qui impose dans la manipulation des corps minutie et doigté pour éviter des contaminations. C’est du moins l’essence de la communication du ministère de tutelle. « Aussi, le covid-19 étant une pathologie non encore maîtrisée, il est à craindre une contamination en série avec la cohabitation entre les corps décédés du covid-19 et ceux décédés de manière naturelle ou d’une autre pathologie. Mais surtout du fait de  leur manipulation par les agents des pompes funèbres et ceux des municipalités, chargés du ramassage des cadavres non identifiés » a-t-on pu lire. 

 

En même temps qu’il a été convenu de renforcer  la sécurité des agents des pompes funèbres par la mise à disposition des Équipements de Protection Individuelle (EPI), le ministre d’État a demandé s’agissant du manque à gagner du séjour prolongé de plusieurs corps dans leur structure, « de faire le point au Gouvernement de la République qui avisera ».  A noter que le texte réglementaire sur les procédures d’inhumation à titre d’indigent fera l’objet d’une publication dans un journal d’annonces légales.

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Lauris Pembahttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en droit Public, je suis passionnée par le journalisme depuis des années. J'anime l'actualité au quotidien sur GMT depuis son lancement en juillet 2016.
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt