samedi,15 mai 2021
AccueilDerniers articlesCovid-19: plaidoyer des tenanciers des discothèques et bars auprès d'Ossouka Raponda

Covid-19: plaidoyer des tenanciers des discothèques et bars auprès d’Ossouka Raponda

C’est dans un courrier daté du 15 janvier 2021 à l’attention du Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, que le Collectif des tenanciers de bars, bistrots et discothèques, a invité le gouvernement à réfléchir à la réouverture de ses structures de loisir. Proposant au Chef du gouvernement une stratégie de fonctionnement, ces professionnels espèrent pouvoir obtenir une suite favorable à leur demande d’ici le 14 mars prochain. 

Voilà bientôt un an que les responsables de bars, bistrots et discothèque ne savent plus à quel saint se vouer. Et pour cause, depuis la prise de mesures restrictives dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, aucune mesure d’accompagnement n’a été envisagée par le gouvernement. 

Si depuis un peu plus d’un mois, le ministère du Commerce a procédé au lancement des propriétaires de ces structures, la situation demeure au point mort, obligeant ces derniers à interpeller le chef du gouvernement. « Nous vous proposons de penser à la réouverture de nos structures d’ici le 14 mars 2021 en mettant en place un protocole sanitaire nous permettant d’accueillir un nombre de personnes réduit afin de respecter les mesures de distanciation sociale. Nous vous proposons également que les heures de réouverture soient comprises entre 16H et 22H », a proposé le Collectif des tenanciers des bars, bistrots et discothèque, égrenant le chapelet de leurs difficultés. 

En effet, depuis le 14 mars 2020, leurs établissements ont été contraints de laisser leurs portes fermées, en dépit des différentes phases d’allègement annoncées dans le pays. « Nous passons des moments difficiles (…) Nous n’arrivons plus à assurer nos différents engagements parentaux, encore moins ceux à l’endroit de nos employés qui sont tous des jeunes Gabonais et pour la plupart des pères et des mères de famille en location », regrettent-ils. 

Les propriétaires d’établissements de loisir sont les grands oubliés des mesures d’allègement au Gabon. Mais leur revendication pourrait ne pas recevoir un écho favorable à temps souhaité, si l’on s’en tient à la menace d’un avancement des heures du couvre feu ou d’un éventuel confinement qui enfle dans l’opinion.

Laissez votre commentaire

Publicité Sunu Assurances Refresh Airtel Prevoyance