mardi,24 novembre 2020
Accueil A La Une Covid-19: Mouguiama Daouda entretient le flou sur l'efficacité du protocole sanitaire de...

Covid-19: Mouguiama Daouda entretient le flou sur l’efficacité du protocole sanitaire de reprise des cours

Alors que la date du 9 novembre 2020 arrêtée par le gouvernement fixant la reprise effective des cours est de plus en plus proche, le flou manifeste sur la mise en application des mesures issues du protocole sanitaire, n’a à ce jour toujours pas fait l’objet d’une explication par le ministre de l’Education nationale. Tout se passe comme si Pr Patrick Dadoua Mouguiama nébuleux à souhait sur la question, jouait la montre, sans intention de se mouiller au risque de crédibiliser et consacrer les incongruités rendues publiques par le gouvernement auquel il appartient le vendredi 16 octobre 2020 à l’occasion de la conférence de presse du gouvernement sur la Phase 2 d’allègement des mesures restrictives liées à la pandémie de Covid-19. 

L’art de donner l’impression que tout est sous contrôle, la faculté de parlementer dans son costume 3 pièces, faire usage de cette voix grave pour sortir des expressions creuses qu’on dissimule derrière des mots savants, Patrick Mouguiama Daouda en maîtrise les préceptes. Mais qu’il ne se méprenne pas, sur cette question de la rentrée scolaire, le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieure et des nouvelles technologies ne fera pas avaler la couleuvre à l’opinion et aux partenaires sociaux. 

Pour la rentrée des classes de ce 9 novembre 2020, Pr Patrick Mouguiama Daouda doit clairement communiquer aux populations et donc aux apprenants comment est ce qu’il compte jumeler reprise efficiente des cours et respect scrupuleux du protocole sanitaire décliné par le ministre de la Santé Guy Patrick Obiang Ndong  et imposé aux autres secteurs tels que les commerces, les lieux de culte et autres. 

L’interdiction de regroupement de plus de 30 personnes, l’obligation de présenter un test PCR covid-19 négatif payant, avant d’entrer dans un lieux sans passer outre les mesures dudit protocole sanitaire. Comment Patrick Daouda compte-ils faire appliquer lesdites mesures conscient de l’état de décrépitude du secteur de l’éducation, de l’absence des salles de classe et de la position ferme des syndicats qui sont très peu enclins à une reprise des cours ? C’est la préoccupation principale des Gabonais et c’est là où est attendu le ministre de tutelle. 

Présent le vendredi 16 octobre 2020 et prenant la parole à la conférence de presse du gouvernement sur la Phase 2 d’allègement des mesures restrictives liées à la pandémie de Covid-19, Pr Patrick Mouguiama Daouda excepté confirmer la reprise des cours, est resté étrangement silencieux sur les modalités d’application du protocole sanitaire dans les différents établissements scolaires. L’homme veut-il encore naviguer à vue ? Pourquoi se refuset-il d’être précis sur l’application l’interdiction de rassemblement de plus de 30 personnes ? Sur les tests PCR, qui va les effectuer ? Quand où et qui en assumera la charge financière ? Le gouvernement ou les familles ? 

« A malin, malin et demi », dit-on, que le Professeur Mouguiama-Daouda enfile son costume 3 pièces, convoque la presse à une conférence et communique sur ces questions comme l’a recommandé le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba à ses ministres. 

De son côté, la Convention nationale des Syndicats de l’éducation nationale (Conasysed), a, par la voix de son délégué général, Louis Patrick Mombo déjà mis en garde le gouvernement sur les risques auxquels s’exposeraient enseignants et apprenants ainsi que la responsabilité du gouvernement consubstantielle à la réunion pour une reprise des cours de toutes les conditions de sécurité

Louis Patrick Mombo avait ainsi déclaré au cours d’une conférence de presse qu’en cas de contamination « d’un enseignant à la maladie à coronavirus durant la période de reprise des cours », la Conasysed se réserve le droit d’ester « en justice les responsables d’administration conformément à l’article 6 de l’arrêté n°0055/MFPTFPDS du 30 avril 2020 fixant les modalités dérogatoires du travail dans les services publics non essentiels ».  

A moins d’utiliser la seule cartouche relative aux projets de loi et décrets sur les préparatifs de la rentrée scolaire 2020-2021 examiné en conseil des ministres et soumis à  la très haute attention du président de la République, Ali Bongo Ondimba, pour justifier son attentisme. Mais cela suffirat-il pour occulter et cacher la triste réalité face à laquelle la covid-19 a mis les autorités gabonaises en tête parmi lesquelles on compte Patrick Mouguiama Daouda ? Réponse le 9 novembre 2020. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion