dimanche,28 novembre 2021
AccueilA La UneCovid-19: l’Union nationale dénonce «l’échec lamentable» du gouvernement dans la gestion de...

Covid-19: l’Union nationale dénonce «l’échec lamentable» du gouvernement dans la gestion de la crise

Ecouter cet article

Au lendemain de la prolongation par le gouvernement de l’état d’urgence sanitaire pour 15 jours supplémentaires pour faire face à la propagation du Covid-19, la gestion de cette crise n’a de cesse d’être décriée au sein de l’opinion. Dans une déclaration rendue publique ce lundi 27 avril l’Union nationale s’est insurgée contre ce qu’elle a qualifié « d’échec lamentable » invitant le gouvernement à réorganiser la stratégie de gestion de cette crise.

D’entrée de jeu, cette formation politique de l’opposition a critiqué sans ambage la stratégie adoptée par le gouvernement qui selon elle démontre une fois de plus « les sempiternelles incohérences, l’amateurisme et surtout, l’incapacité du pouvoir dit émergent à trouver des solutions aux problèmes du pays ». Alors que ce parti dirigé par Zacharie Myboto s’attendait à ce que les réalités sociologiques et économiques soit prises en compte dans la mise en place de la stratégie de riposte contre le Covid-19, il a assisté pantois à « un spectacle désolant »

Au nombre des griefs faits à la stratégie mise en place par le gouvernement, l’Union Nationale a noté entre autres le caractère « opaque  et précipité de la décision de reconduire l’état d’urgence sanitaire de 15 jours et, probablement le confinement ». « Une telle décision aurait gagné à être assortie ou précédée d’une évaluation aussi exhaustive que possible de l’état de la pandémie dans le pays, du dispositif technico- médical et des protocoles de soins en vigueur », peut-on lire dans sa déclaration.

Dans le même ordre d’idées, elle s’est indignée du « manque de respect et de considération envers les populations, réduites à la mendicité à des fins politiciennes ». « L’Union Nationale déplore, pour les dénoncer, les affligeantes et humiliantes scènes de désordre enregistrées lors de la distribution de ce qui est pompeusement désigné comme étant des Kits et des Bons alimentaires », poursuit-il. Avant de se questionner également sur les actes posés par la présidence de la République et plus particulièrement celui d’un « simple fonctionnaire de cette administration » (le coordinateur des Affaires présidentielles Noureddin Bongo Valentin, NDLR) qui aurait « donné des ordres aux députés et même, au président de l’Assemblée Nationale, voulant ainsi les réduire à des commis, chargés de distribuer son aide personnelle à la population »

Face à ce constat « d’échec lamentable », l’Union nationale a plaidé pour une meilleure gestion de cette crise qui est venue aggraver la crise économique et sociale que connaît le pays. A cet effet, « dans le cadre de la poursuite de la riposte, il faut obligatoirement remettre au centre de celle-ci, le ministère de la Santé. Ce département ministériel dispose, en effet, d’un personnel hautement qualifié et d’une administration capable de stratégies. Lui sont adjointes quelques structures particulières, à savoir : le Conseil Scientifique, l’Ordre des Médecins, l’Ordre des Pharmaciens, le Comité d’Éthique, les instituts de recherche, le CIRMF, qui ont besoin de moyens pour assurer la mission de protection, d’aide aux soins et de survie des Gabonais », indique t-il. 

Par ailleurs, elle a demandé la mise en place d’instrument efficaces de contrôle des dons et autres fonds mis à la disposition du Copil, la mise à disposition de plus d’équipements pour les personnels de santé, mais aussi la distribution gratuite des masques, le port de cet accessoire étant désormais obligatoire.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Enami Shop