jeudi,25 novembre 2021
AccueilA La UneCovid-19: l'inexplicable budget de 6 milliards de FCFA pour la gratuité des...

Covid-19: l’inexplicable budget de 6 milliards de FCFA pour la gratuité des transports pendant le confinement

Ecouter cet article

Pour matérialiser la volonté du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba d’endiguer la propagation du Coronavirus au Gabon, et dans le même temps assurer les déplacements des populations et des administrations essentielles pendant le confinement, le gouvernement a été instruit d’injecter pas moins de 6 milliards de FCFA dans un secteur des transports terrestres interurbains pour la durée du confinement total du « Grand Libreville ». Une enveloppe qui suscite des interrogations. Comme le révèle la dernière note de conjoncture élaborée par les services de la Direction générale de l’Économie et de la politique fiscale (DGEPF), ce segment n’a généré que 600 millions de FCFA en 2019. Etrangement, pour deux semaines, le gouvernement entend débloquer 5 milliards 4 millions de FCFA.  

Si d’aucuns saluent les mesures d’accompagnement socio-économiques gouvernementales visant à atténuer les effets de la pandémie de la Covid-19, d’autres par contre, à ce jour émettent toujours des réserves compte tenu de l’incompréhension que suscitent certaines d’entre elles. C’est le cas notamment de celle relative à la gratuité des transports terrestres sur l’étendue du « Grand Libreville » pendant la période de confinement total qui soulève moults interrogations et suspicions au regard de la somme colossale de 6 milliards qui représente les deux tiers du chiffre d’affaires du  secteur transport estimé à 9,5 milliards de FCFA en 2018. 

Comme on peut le lire dans la dernière note de conjoncture élaborée par les services de la Direction générale de l’économie et de la politique fiscale (DGEPF) tenue par Jean-Baptiste Ngolo Allini, le « segment du transport terrestre interurbain a été marqué par une morosité de son activité en 2019 ». Ce dernier n’a généré que 600 millions de FCFA de chiffre d’affaires sur tout l’exercice 2019. Comment expliquer que pour compenser ce segment du secteur des transports, la présidence de la République ait validé le décaissement d’un montant dix fois supérieur pour seulement deux semaines d’activité ? Par quel mécanisme ce montant a-t-il été arrêté par le ministre des Transports Léon Armel Bounda Balonzi alors que le confinement des populations entraîne de facto une baisse d’activité ? Comment un pan du secteur qui génère pour 52 semaines 600 millions de FCFA de chiffre d’affaires peut-il nécessiter pour deux semaines 6 milliards de FCFA de dépenses au bénéfice principalement de Trans’Urb ? L’opinion s’interroge !  

Un état de fait qui n’a d’ailleurs pas échappé à Mays Mouissi analyste économique qui dans un tweet publié le mardi 14 avril dernier dénonçait cet arbitrage budgétaire incongru. « Le saviez-vous? Le chiffre d’affaires du secteur des transports terrestres au Gabon en 2018 était de 9 milliards XAF. Aussi étonnant que ça puisse paraître, le gouvernement va décaisser 6 milliards pour seulement 2 semaines voire 1 mois de gratuité dans ce secteur. On applaudit.», pouvait-on lire.  

Des suspicions qui ne devraient pas manquer d’interpeller ministre de la Promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la Corruption  Francis Nkea Ndzigue, qui dès l’annonce par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba du déblocage des fonds en vue de faire face aux conséquences de la covid-19 sur les populations, a invité « les dépositaires de l’autorité de l’État (administrations centrales, déconcentrées et décentralisées), à les gérer avec plus de transparence ». 

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Enami Shop