dimanche,24 octobre 2021
AccueilDerniers articlesCovid-19: les travailleurs contre l’obligation vaccinale

Covid-19: les travailleurs contre l’obligation vaccinale

Ecouter cet article

C’est à la faveur d’un point de presse tenu ce lundi 21 juillet 2021 dans un hôtel de la place que les travailleurs gabonais réunis en collectif, ont fustigé l’obligation vaccinale en voie de légifération après un accord signé entre la Confédération patronale Gabonaise (CPG) et le gouvernement. Une violation manifeste du droit du travailleur qui plus est, « en déphasage » avec la volonté du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba qui a tenu à rappeler que le vaccin ne saurait être obligatoire au Gabon.

Assise devant la presse nationale et internationale, Aude Leaticia Mapenda, en sa qualité de Secrétaire général du syndicat national des établissements de crédit, par ailleurs porte-parole desdits syndicats, a rappelé que la contestation autour du Code du travail en voie d’adoption est en cours. « Le vendredi 16 juillet nous avons saisi la Cour constitutionnelle, conformément aux dispositions des articles 84 et 85 de la loi fondamentale, pour déclarer inconstitutionnelle la loi sur le Code du travail adoptée par le parlement », a-t-elle indiqué en prélude de sa déclaration.

Aussi, la syndicaliste a, au nom de ses pairs, pointé du doigt l’accord signé entre la CPG et le gouvernement gabonais le 9 juillet dernier visant à rendre obligatoire le vaccin pour les agents du secteur privé. « Les opérateurs économiques membres de la Confédération patronale gabonaise se sont engagés auprès du gouvernement pour vacciner au covid-19 de gré ou de force tous les travailleurs du secteur privé », a fustigé Aude Leaticia Mapenda. Une perspective « inique » déjà mise en branle par Total Gabon qui a annoncé que l’accès à ses sites serait conditionné par la présentation d’un carnet de santé vaccin covid-19.

Pour les travailleurs gabonais, « le gouvernement se rend co-responsable des dérives de ces opérateurs économiques membres de la CPG » et ce, au mépris de la décision du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Le numéro 1 étant opposé à une imposition du vaccin.  « Gabonais, Gabonaises, je tiens à rappeler que le vaccin n’est nullement obligatoire », avait-il indiqué au soir du 22 mars 2021 lors de son adresse à la nation. Est-ce à dire que Rose Christiane Ossouka Raponda considère la CPG comme une autorité supérieure à celle du Président de la République au point de fouler aux pieds ses recommandations ?


C’est en tout cas, ce qui semble perceptible avec cette soumission affichée devant la volonté « unilatérale » du patronat de manipuler les salariés à leur guise. Pour les travailleurs, il est clair que « ces attitudes sont de nature à troubler davantage le climat social dans un contexte de contestation du Code du travail », ont-ils déploré. Notons que l’article 3 dudit Code en vigueur dispose que « le travail est une source de valeur ; il exige que les libertés et la dignité de celui qui l’exerce soient respectées ». S’y arcboutant, le collectif des syndicats de travailleurs s’est dit déterminé à poursuivre sa dénonciation tout en brandissant la menace d’une entrée en grève générale illimitée prochaine.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop