mardi,20 avril 2021
AccueilDerniers articlesCovid-19: les médecins s'inquiètent de la rupture en oxygène au CHUL

Covid-19: les médecins s’inquiètent de la rupture en oxygène au CHUL

C’est dans le communiqué de presse datant de ce mercredi 3 mars 2021 et signé de son président, le Dr. Adrien Mougougou, que le Syndicat des médecins fonctionnaires gabonais (Symefoga) vient à nouveau de tirer la sonnette d’alarme sur les graves dysfonctionnements infrastructurels qui prévalent au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL). En effet, le personnel du CHUL s’inquiète entre autres de la rupture « incessante » en oxygène, nécessaire pour la prise en charge des patients  développant les formes graves de la Covid-19. 

C’est une nouvelle interpellation de l’exécutif qui vient mettre à nu la vétusté des plateaux techniques du CHUL, l’une des principales structures de santé du pays. Alors que les membres du gouvernement laissent penser que l’établissement hospitalier fonctionne à merveille en annonçant, lorsque l’occasion se présente, de nouveaux dispositifs sanitaires, le Symefoga vient de dresser un tableau peu reluisant de l’environnement de travail au CHUL.  

« Madame le Premier ministre, un an après et malgré les sommes colossales annoncées par le gouvernement, fort est de constater que létat de nos structures sanitaires va de mal en pis », regrette le Symefoga. Les médecins regroupés au sein du Syndicat des médecins fonctionnaires gabonais tirent particulièrement la sonnette d’alarme sur les dommages occasionnés par la rupture « incessante » en oxygène, qui met en péril, selon eux, la vie des patients.

« Comment accepter les ruptures incessantes en oxygène dans un hôpital en première ligne de la prise en charge des patients Covid-19 graves, exposant chaque minute les patients à la mort et mettant le personnel dans une angoisse perpétuelle? », s’interroge le Symefoga. « Combien de patients devons-nous encore perdre pour que les moyens arrivent à nous et à nos patients? », s’interrogent les médecins. 

Il faut souligner qu’en mai 2020, le Dr. Adrien Mougougou interpellait déjà les autorités sur le dysfonctionnement des centrales d’oxygène, l’un des éléments importants dans la riposte contre la Covid-19 au sein du Centre hospitalier universitaire de Libreville. « Beaucoup de malades en ont besoin », soulignait-il.

Laissez votre commentaire

Bestheinfusion