samedi,31 octobre 2020
Accueil A La Une Covid-19: les évêques du Gabon s'insurgent contre la fermeture des églises

Covid-19: les évêques du Gabon s’insurgent contre la fermeture des églises

C’est à la faveur d’une homélie prononcée, par Monseigneur Jean Vincent Ondo Eyene sur Radio Maria Station d’Oyem, lors de la clôture la session extraordinaire de la Conférence Episcopale du Gabon tenue le dimanche le 04 Octobre 2020 que les évêques du Gabon ont jugé la fermeture des églises « injustifiée ». À ce propos, l’Evêque du Diocèse d’Oyem a appelé les autorités à rapidement trouver une solution permettant au peuple de vivre sa foi en toute sérénité.

Alors que l’état d’urgence sanitaire vient d’être prorogée de 45 jours afin de continuer à lutter contre la propagation du coronavirus sur le territoire national, cette décision semble ne pas contentée tous les acteurs de la cité Gabon. En tête de ceux qui semblent excédés par l’arrêt d’activités, il y a les chefs religieux. En effet, après les sorties médiatiques des pasteurs et autres congrégation pentecôtistes qui avaient défié le ministre de l’intérieur en actant la réouverture des lieux de cultes au 27 septembre dernier c’est au tour de l’église catholique de se prononcer.

Pour ce faire, les évêques du Gabon ont, au terme de session extraordinaire de la Conférence Épiscopale clôturée le dimanche 4 Octobre 2020, dénoncé la « trop longue » fermeture des lieux de cultes. « Si hier la fermeture des églises se justifiait, aujourd’hui elle ne se justifie plus au regard de ce que nous observons chez nous et autour de nous », a déclaré Monseigneur Jean Vincent Ondo Eyene en présence de ses pairs.  Pour l’Evêque du Diocèse d’Oyem, l’État manque manifestement de justice à leur égard. Puisque d’autres secteurs d’activité seraient privilégiés.

« Oui face au Covid 19, nous attendions que notre droit de pratiquer notre foi soit respecté et voici le crime qui est là : la fermeture des églises et lieux de culte. On attendait la justice. Les marchés, les supermarchés, toutes grandes surfaces, les écoles conventionnées, les hôtels sont ouverts. Seules les églises et lieux de culte restent fermés », a-t-il ajouté en faisant allusion à un passage biblique notamment Isaïe 5 verset 7 deuxième partie où il est écrit « le plant qu’il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici le crime ; il en attendait la justice et voici les cris ». 

S’appuyant sur ce qui s’apparente pour les religieux à une injustice, les évêques ont solennellement l’État à trouver le juste milieu. « Ceux qui prennent les décisions sur la fermeture des églises, je voudrais leur dire ceci : la fermeture d’une église est pour un temps mais la fermeture du paradis c’est pour une éternité. Essayons de trouver une solution rapide permettant au peuple de vivre sa foi en toute sérénité, en toute quiétude », a lancé Monseigneur Jean Vincent Ondo Eyene. Aussi, les évêques ont émis une prière envers Dieu visant à adoucir le coeur des dirigeants Gabonais. Vivement que les recommandations faites soient prises en compte par l’exécutif.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion