jeudi,16 septembre 2021
AccueilA La UneCovid-19: le Pr. Didier Raoul impressionné par le dispositif de riposte du...

Covid-19: le Pr. Didier Raoul impressionné par le dispositif de riposte du Gabon

Ecouter cet article

Arrivé au Gabon le 27 août dernier dans le cadre d’une mission de travail avec  le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), qui aura duré quelques jours, le spécialiste français des maladies infectieuses, le Pr. Didier Raoult, a félicité au cours d’un entretien publié sur le compte Youtube de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée infection de Marseille, le plan de riposte gabonais contre le covid-19. Le chercheur biologiste s’est dit impressionné par la rapidité de la mise en place des outils qui permettent au pays de faire face à la crise sanitaire qui secoue depuis 2019 le monde entier. 

De retour en France après un court séjour au Gabon dans le cadre de la collaboration entre l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée infection de Marseille et le Centre international de recherches médicales de Franceville, le Pr. Didier Raoult a tenu à congratuler le dispositif de riposte adopté par le Gabon au lendemain de l’apparition des premiers cas positifs au covid-19. 

En effet, celui qui est venu apporter son expertise au CIRMF dans le cadre d’un rapprochement entre les deux instituts de recherche, a sans langue de bois, dit avoir été impressionné par la réponse immédiate du Gabon face à la crise sanitaire du covid-19. « A Franceville, j’ai été impressionné par la rapidité de la mise en place des outils qui dans certains cas ont été plus rapides qu’en France », a déclaré le Pr. Didier Raoult. Une comparaison entre les plans de riposte des pays qui font reconnaître au scientifique le pragmatisme des autorités sanitaires. 

On se souvient par exemple qu’alors que le port du masque est devenu obligatoire pour tous depuis le 15 avril 2021 au Gabon, ce n’est qu’à compter du 1er août 2020 que la France adoptait cette mesure comme outil pour prévenir une possible deuxième vague. Même son de cloche pour les séquençages de variants qui ont débuté très tôt au Gabon. « Ils commençaient à faire des séquences de variant à partir de Mai 2020 (…) Au niveau décisionnel moi je suis très impressionné par la qualité de la réponse qui doit nous faire réfléchir sur leur potentiel », a dit l’infectiologue qui est autant adulé que controversé en France. 

Rappelons que l’un des principaux objectifs de sa mission au Gabon, était la signature d’un accord-cadre entre le CIRMF et l’IHU-Méditerranée-Infection. Occasion pour le microbiologiste d’évoquer l’impérieuse nécessité pour le Gabon de former plus de laborantins, de biologistes et de chercheurs, le but étant de renforcer  leur niveau dans le maniement des outils de recherche. 

Laissez votre commentaire

Enami Shop