vendredi,30 octobre 2020
Accueil A La Une Covid-19: le gouvernement va-t-il garder les Gabonais confinés pour les fêtes de...

Covid-19: le gouvernement va-t-il garder les Gabonais confinés pour les fêtes de fin d’année ?

Les deux chambres du Parlement ont voté le projet de loi portant prorogation des mesures de prévention, de lutte et  de riposte contre la Covid-19 pour 45 jours supplémentaires. Une période qui devrait s’achever à la mi-novembre, soit sensiblement à 1 mois des fête de fin d’année. Une question alors revient de façon incessante dans l’esprit des Gabonais. Le gouvernement comptet-il les garder confinés pendant les fêtes de Noël et de nouvel an ? 

C’est une question à laquelle sont appelés à répondre le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha et celui de la Santé, Vice président du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre le coronavirus (Copil-coronavirus). Ces deux personnalités qui sont allées défendre au Parlement la pertinence et la nécessité de proroger le Projet de loi portant prorogation des mesures de prévention, de lutte et  de riposte contre la Covid-19. 

Car depuis cette nouvelle prolongation des mesures gouvernementales de 45 jours, les populations sont dans l’expectative. Confuses, elles s’interrogent toujours sur la pertinence et la légitimité d’une telle décision, au regard des diverses communications de la surveillance épidémiologique du Copil qui chaque 48h, annonce des chiffres de plus en plus en baisse

Par exemple, les chiffres de la surveillance épidémiologique du vendredi 2 octobre font état de 31 contaminations sur 5661 prélèvements effectués, soit une moyenne de 0,5%. Ceux de la surveillance du mercredi 30 septembre affichent un total de 14 contaminations sur 5662 prélèvements, soit un pourcentage de 0,2%. Enfin, les chiffres du lundi 28 septembre 2020 présentent un bilan de 24 cas positifs sur 5381, soit une moyenne de 0,3%. On ne peut pas faire plus clair. La tendance baissière est donc définitivement effective.

La conférence de presse du 24 septembre dernier animée conjointement par le Pr. Romain Tchoua, Coordinateur du comité technique du Copil et Pr Marielle Bouyou Akotet présidente du Comité scientifique du même organisme avait donné quelques indications qui présageaient déjà de la prorogation de l’état d’urgence rendu finalement effective quelques jours aux termes du conseil des ministres. 

Pour le Copil-coronavirus, la tendance baissière, certes manifeste, ne permet pas de lever les mesures gouvernementales de restriction des libertés au nom d’une prudence et d’une hypothétique résurgence du virus qui n’est observable qu’en Occident où le climat est foncièrement opposé à celui du Gabon. « La tendance baissière ne doit pas amener les populations à penser ou à croire que l’épidémie est désormais terminée. Les mesures restrictives sont maintenues pour des raisons de prudence » a-t-il déclaré.  

Une position partagée par le Pr Marielle Bouyou Akotet, présidente du Comité scientifique du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre le coronavirus. « Nous devons éviter en cas de levée des mesures gouvernementales, une résurgence du virus par la reprise de l’épidémie à l’échelle locale du fait de la survenue des clusters critiques comme dans l’occident »,a-t-elle ajouté. 

A cette allure, avec la qualité des arguments avancés par les autorités, justifications tordues et tirées par les cheveux, certes, mais c’est bien les leurs, l’interrogation des Gabonais est plus que légitime. Un tel procédé n’exclut pas que Rose Christiane Ossouka Raponda et son équipe franchissent le rubicon en faisant passer les fêtes de fin d’année  à toutes les populations dans un confinement qui ne se justifie plus. 

« Je me sens comme désabusée par une bande d’individus qui profite de cette crise sanitaire qui nous accable tous, pour en faire un prétexte de privation, d’atteinte flagrante aux libertés des individus que nous sommes » a déclaré Elsa Rituelle Boukandou dans une interview exclusive à paraître sur Gabon Media Time. On peut s’avancer sans risque de se tromper que l’état d’esprit dans lequel se trouve la présidente du Parti pour le changement (PLC), est celui qui se rapproche le plus du sentiment de la majorité des Gabonais à l’heure actuelle.  




Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion