jeudi,9 décembre 2021
AccueilA La UneCovid-19: le Copil exige des tests cliniques avant tout usage de la...

Covid-19: le Copil exige des tests cliniques avant tout usage de la Fagaricine

Ecouter cet article

Prenant part à la conférence de presse sur l’état des lieux de la riposte sanitaire Covid-19 au Gabon, animée ce mardi 12 mai 2020, les différents responsables du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus ont fait le point de la stratégie de riposte adoptée par le Gabon pour combattre la Covid-19. Sur la question de la Fagaricine, solution supposée made in Gabon, le Copil-Coronavirus s’est montré peu satisfait. Il exige des essaies cliniques et thérapeutiques conformément aux normes requises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

A l’instar de Madagascar qui a proposé sa solution thérapeutique au coronavirus, les chercheurs et tradipraticiens gabonais ont eux aussi brandit, il y a quelques jours, une trouvaille supposée made in Gabon pour combattre le Covid-19. Il s’agit de la Fagricine, ce remède dont la paternité est revendiquée à la fois par le docteur Camerounais Bruno Eto et le docteur Gabonais Pierre Pyebi Oyoubi « peutêtre une solution gabonaise à court terme face au coronavirus ».     

A en croire le COPIL-Coronavirus, la Fagaricine ne répondrait pas encore aux normes de la recherche établies par l’OMS et serait de facto irrecevable dans le protocole de traitement du coronavirus. « Pour ce qui est de la Fagaricine, nous sommes pour les initiatives locales à condition que cela se fasse selon les règles de respect normatif en matière de recherches médicinales », a indiqué le Dr. Guy-Patrick Obiang Ndong. 

Lors de son exposé, le Pr. Marielle Bouyou, présidente du Comité scientifique du Copil, médecin professeur agrégé en biologie, a renforcé ce point de vue en exigeant des tests cliniques. « Le traitement à une solution possible répond à des critères. Il faut d’abord savoir de quoi est constituée la solution. Quel est le principe actif? S’agit-il d’un principe actif connu ou nouveau? », ce sont autant de questions auxquelles, il faut des réponses préables avant que la Fagricine n’intègre le protocle validé par le ministère de la Santé. 

Plus concrètement, pour que la  Fagricine soit administrée aux patients Covid-19 positifs Gabonais, le Pr. Marielle Bouyou explique qu’il faut au préalable « faire des tests au laboratoire in vitro. Ensuite faire des tests sur des animaux, puis sur des personnes non malades, enfin sur des personnes malades. Les essaies cliniques et les propositions de protocole sont attendues par le comité scientifique qui en jugera de la pertinence », a-t-elle expliqué.

Laissez votre commentaire

Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop