jeudi,20 janvier 2022
AccueilA La UneCovid-19: le Copil citoyen va à nouveau attaquer les mesures gouvernementales

Covid-19: le Copil citoyen va à nouveau attaquer les mesures gouvernementales

Ecouter cet article

Peu de temps après que la Cour constitutionnelle a annulé l’arrêté portant nouvelles mesures gouvernementales en vue de la lutte contre le Covi-19, subjuguées ont été les populations d’apprendre qu’un nouvel arrêté avait été pris. Une décision incompréhensible pour la plateforme de la société civile Copil citoyen qui a annoncé, ce samedi 25 décembre 2021, l’introduction d’un nouveau recours en annulation auprès du garant de la constitutionnalité des lois et actes réglementaires.

C’est à l’occasion d’une déclaration faite devant la presse nationale et internationale que le Copil citoyen a tenu à réagir à l’érection de l’arrêté 685/PM qui reprend, avec surprise, les mêmes éléments querellés en l’occurrence la facturation des tests PCR à 20 et 50.000 FCFA en cas d’urgence. Pour la plateforme de la société civile qui venait de remporter une bataille après avoir saisi la Cour constitutionnelle le 13 décembre dernier, cette décision du gouvernement révèle son entêtement à faire passer ces mesures coûte que coûte.

Occasion pour Geoffroy Foumboula Libeka et ses pairs de dénoncer la légèreté du gouvernement dans l’adoption des textes devant avoir un impact direct sur la vie de toute la population. Pour le Copil citoyen, « certains actes réglementaires engageant le pays sont pris par le Gouvernement » sans aval des parlementaires encore moins des partenaires sociaux. D’ailleurs, l’annulation de l’arrêté 559/PM démontre « la volonté de la Cour Constitutionnelle de voir le Gouvernement tenir compte des avis des partenaires sociaux et parlementaires dans la rédaction des actes réglementaires pouvant porter atteinte à la cohésion nationale ».

Par ailleurs, les acteurs de la société sont effarés devant la réactivité de l’exécutif. « Moins de 5h de temps, le gouvernement a successivement procédé à la saisine des deux chambres du Parlement, aux auditions et à la publication d’un texte engageant les libertés publiques et les droits des citoyens au journal officiel de la République, du jamais vu dans notre République », a indiqué Geoffroy Foumboula Libeka. Dénonçant un mépris manifeste vis-à-vis des gardiens de la Constitution, le Copil citoyen s’est engagé à introduire un recours aux fins d’annuler cet arrêté. Autant dire que la bataille s’annonce âpre !

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop