samedi,19 septembre 2020
Accueil A La Une Covid-19: la SGTP se désengage du scandale autour de l’inhumation du Dr...

Covid-19: la SGTP se désengage du scandale autour de l’inhumation du Dr Tanguy

Les conditions de l’inhumation le vendredi 24 avril dernier du gynécologue obstétricien Tanguy de Dieu Tchantchou, décédé après avoir développé une détresse respiratoire due à une contamination au Covid-19, avaient suscité un véritable vent d’indignation dans l’opinion, laquelle avait à juste titre, dénoncé le caractère particulièrement abjecte de ce traitement attentatoire à la dignité humaine. Citée dans cette affaire, la Société générale de transport public (SGTP) outrée par de telles accusations a tenu décliner sa responsabilité expliquant que son rôle ne s’est limité qu’ « au transport stricte de la dépouille » tout comme elle a précisé, « qu’il n’existe aucune convention entre le Copil et la SGTP». 

L’affaire « Docteur Tanguy » du nom du premier médecin décédé du Coronavirus et enterré dans des conditions indignes de l’homme qu’il était avait provoqué une onde de choc dans l’opinion et sur les réseaux sociaux poussant plusieurs indignés, à demander au Copil qu’il communique instamment sur ces faits par la publication des procédures d’inhumation des décès Covid-19 aux fins de faire la lumière sur l’enterrement du médecin qui avait suscité une indignation collective. 

Dans la foulée, la même soirée, à l’occasion de sa 35ème conférence de presse du samedi 25 avril dernier, le porte-parole du Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (COPIL-Coronavirus), le Dr Guy Patrick Obiang Ndong présentant en amont « aux familles durement éprouvées, les sincères excuses » a ensuite fait l’annonce de ce que vont s’engager des démarches auprès des services compétents pour une inhumation digne respectant nos valeurs humaines et traditionnelles. Abondant dans le même sens, le porte parole a précisé que la pompe funèbre, sans préciser laquelle exactement, avait fait l’objet d’une suspension.   

Assimilé dans cette affaire par du fait de la présence d’un de ses véhicules dédiés au transport funéraire dans le convoie accompagnant le corps du médecin Tanguy de Dieu Tchantchou, accusé à tort d’avoir fait partie intégrante de la procédure d’inhumation sur les réseaux sociaux, livrée à la vindicte populaire, la Société générale de transport public, s’est donc résolue à sortir de son silence pour communiquer sur cet événement fâcheux en précisant pour commencer que depuis le 28 août 2019 la SGTP s’est dotée d’un service  de transport funéraire établi non pas sur une base économique mais plutôt social. « Notre service se limite uniquement au transport du corps et rien d’autre. Nous n’allons ni soulevé la dépouille ni l’inhumer. SGTP n’a d’ailleurs aucune convention avec l’hôpital encore moins avec le Copil, ni de près ni de loin », a-t-elle confié à Gabon Media Time

LIRE AUSSI: Gabon: exercice illégal d’une maison de Pompes funèbres au sein du CHUO 

Lorsqu’au cours de sa conférence de presse, le Dr Guy Patrick Obiang Ndong fait état de ce qu’une maison de pompe funèbre a fait l’objet d’une suspension, il ne pouvait donc pas s’agir de la Société générale de transport public, simple transporteur de la dépouille mais plutôt de maison de Pompes funèbres du Gabon (PFG) dirigée par Patrice Touré comme précisé dans le rapport fourni par la SGTP à Gabon Média Time. « Chaque fois qu’il avait besoin de nos service, nous lui mettons à disposition le corbillard, en facturant selon la qualité de la prestation, et la distance effectuée », a-t-on pu lire dans le document. 

Au volant du véhicule de la SGTP transport la dépouille du Dr  Tanguy de Dieu Tchantchou,  le chauffeur relate avec force et détail le déroulement de l’opération de. « Arrivée sur place, je suis sortie de l’hôpital, destination cimetières Mindoumbé. Arrivée sur les lieux, la fosse était déjà creusée, les éléments de Monsieur Touré ont pris le corps du défunt, et l’ont mis dans la fosse. Aussitôt,  j’ai pris le chemin de retour, pour le H.I.A.A (Hôpital d’Instruction des Armées d’Akanda) pour désinfection du corbillard, après je suis rentré à la base Owendo », relate le chauffeur dans ledit rapport. 

Au regard des éléments précédemment annoncés, il apparaît que la responsabilité de la SGTP est manifestement écartée. Que son service dont l’objet est le « transport des personnes et des biens » ne s’est limité dans cette affaire qu’au stricte acheminement de la dépouille de la structure hospitalière à son lieu d’inhumation. SGTP exemptée, il s’agit  désormais pour le Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus de faire toute la lumière sur cette affaire. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt