Covid-19 : la Cobac invite les établissements bancaires à «une gestion transparente et prudente des risques»

Gabon Gabonmediatime Commission Bancaire D'afrique Centrale Cobac
Siège de la Commission bancaire d'Afrique centrale © D.R.

La crise économique qui secoue actuellement les places boursières à travers le monde et plus globalement l’économie, devrait avoir une incidence sur les secteurs bancaires africains notamment ceux de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Dans ce contexte, la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) consciente que cette crise devrait affecter la capacité de remboursement de plusieurs débiteurs, recommande aux établissements bancaires d’agir avec « une gestion transparente et prudente des risques ».

Fortement dépendante des revenus issus d’un secteur pétrolier dans la tourmente, les économies de Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) devraient accuser le coup dans cette crise économique majeure. Particulièrement liée à cette baisse attendue des recettes, les établissements bancaires devront trouver le moyen d’y faire face en limitant la casse. 

En effet, dans son diagnostic de la situation économique actuelle, la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) a notamment relevé que « l’impact de cette crise sanitaire mondiale, bien que difficile à déterminer en termes d’ampleur et de durée, affectera la capacité de remboursement de plusieurs débiteurs, avec pour corollaire la dégradation de la qualité des portefeuilles de crédits et partant la rentabilité des établissements ».

Ainsi, dans le but de préserver une certaine stabilité de l’économie de cette sous-région, la Commission bancaire a prescrit des mesures visant à la fois à soutenir les débiteurs et à limiter les effets de la crise auprès des banques. C’est donc à l’analyse de tous ces éléments, qu’elle a invité les banques « à la prudence en cas de restructuration des prêts accordés à des entreprises appartenant à des secteurs fortement touchés par la crise ».

S’agissant des restructurations à venir, le régulateur a préconisé aux banques, de ne pas assouplir « les procédures d’octroi des crédits aux entreprises impactées par la crise du Covid-19 ». Une mesure difficile à supporter pour ces PME lourdement fragilisées par le contexte actuel, mais nécessaire pour le maintien d’un certain niveau d’activité. Par ailleurs, le régulateur a invité les établissements bancaires à « observer une gestion transparente et prudente des risques ».

Laissez votre commentaire