Gabon Gabonmediatime Chloroquine Cameroun
Une vue de la Chloroquine falsifiée en circulation au Cameroun © D.R.

Alors que les autorités camerounaises se débattent pour contenir la propagation du Covid-19, des personnes mal intentionnées auraient décidé de profiter de cette situation pour se faire de l’argent facile. Ainsi, le Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise de ce pays a annoncé la « circulation de la Chloroquine sans principe actif » qui peut avoir des conséquences néfastes sur la santé.

C’est par le biais d’une note adressée aux directeurs des hôpitaux généraux, centraux, de district, des cliniques privées, des pharmaciens d’officines et grossistes agréés que le  le Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise du Cameroun a averti de la circulation de deux présentations de chloroquine issue des circuits de contrebande et qui se retrouveraient dans certaines structures sanitaires. Une situation intolérable en période de crise sanitaire qui peut indubitablement avoir une incidence sur la santé. 

Dans sa note, le directeur général de ce laboratoire Abondo Ngono Mballa Rose a indiqué que « les résultats des tests de ces deux présentations de Chloroquine révèlent l’absence de toute substance active pharmaceutique », ce qui rend sa prescription ou son utilisation à des fins thérapeutiques dangereuse sur la santé des patients.

La découverte de ce cas de trafic fait suite d’ailleurs à l’alerte lancée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la circulation des antipaludéens falsifiés au Cameroun, au Nigeria et au Tchad. Il faut dire que le Cameroun comprend l’un des plus grands réseaux de trafic de médicaments en Afrique centrale. Ce trafic a une incidence sur les autres pays de la sous-région notamment le Gabon où ces faux médicaments sont très souvent vendus à la sauvette dans les différents marchés et artères de la capitale. Il n’est pas à exclure donc que lesdits médicaments falsifiés se retrouvent sur le marché gabonais.  

Laissez votre commentaire