samedi,18 septembre 2021
AccueilDerniers articlesCovid-19: avec moins de 5 cas, les Oyémois excédés par le maintien...

Covid-19: avec moins de 5 cas, les Oyémois excédés par le maintien des mesures gouvernementales

Ecouter cet article

Bons élèves de la crise sanitaire liée à la Covid-19, les populations d’Oyem, chef-lieu de la Province du Woleu-Ntem ne comprennent pas le maintien des mesures gouvernementales adoptées dans leur localité. En effet, un an après la découverte du cas zéro sur le territoire national, Oyem a officiellement moins de 5 personnes atteintes par ladite épidémie dont aucun mort. Une situation qui a fini par causer l’ire de ses habitants, rapporte l’Agence Gabonaise de Presse (AGP).

Visages larmoyeux, regards froids, les Oyémois ne semblent plus disposés à se soumettre infiniment aux mesures barrières adoptées par le gouvernement. Si la situation est critique dans plusieurs localités, dans le département du Woleu, la situation épidémiologique est pour l’instant normale. Et ce, si on se fie aux chiffres du Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (COPIL-Coronavirus). Lesquels font état de 4 cas testés positifs. L’entièreté en provenance de Bitam, ville voisine.

D’Angone à Akouakam jusqu’à Ewormekok, l’heure est à la protestation. Les populations privilégient une application adaptée des mesures prises selon la situation épidémiologique de la localité concernée. « Personnellement je ne comprends rien du tout à cette affaire. Ici à Oyem, je n’ai pas encore rencontré une personne malade du coronavirus, ni parmi les miens, ni parmi mes connaissances […] J’avais un petit bistrot au quartier, j’ai été presque obligé de le fermer », a déploré Colette, une compatriote à la trentaine, ayant à sa charge 3 enfants.

Excédés, les Oyémois ont décidé de s’affranchir de ces mesures jugées « asphyxiantes » et « suicidaires » dans un contexte stable. « Pourquoi certaines catégories de personnes peuvent-elles circuler librement de la capitale à l’intérieur du pays, alors que c’est Libreville qui est le principal foyer de la maladie ? », s’est interrogé un riverain du quartier dit Score. 

Une question qui a tout son sens. Et d’autant plus que dans toute la ville d’Oyem, aucune unité mobile permettant de réaliser des tests PCR express n’est perceptible. Le ministre de la Santé le Dr.Guy Patrick Obiang Ndong est, dès lors, invité à s’y pencher promptement afin de ramener l’accalmie dans cette localité en proie à la désobéissance civile.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop