jeudi,6 août 2020
Accueil A La Une Covid-19: «Appel à Agir» demande à Ossouka Raponda de lever les mesures...

Covid-19: «Appel à Agir» demande à Ossouka Raponda de lever les mesures de restriction

C’est par le biais d’un communiqué de presse parvenu à Gabon Media Time que le Collectif « Appel à Agir » profitant de la mise au point à l’opinion, de sa requête déposée à la Cour constitutionnelle en constatation de la loi relative aux catastrophes sanitaires, a tenu à interpeller le nouveau chef du gouvernement sur la nécessité de porter son regard sur ladite loi. Dit clairement, les dix ont appelé Rose Christiane Ossouka Raponda à lever les restrictions des libertés publiques prises selon eux de façon illégale. 

- Advertisement -Global Media Time Gifpx

Le lundi 18 mai dernier, le Collectif « Appel à Agir » saisissait la Cour constitutionnelle dans le but de de déclarer l’inconstitutionnalité de la loi n°033/2020 du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires. Dans une décision n°002/CC rendue le 02 juin 2020, la Cour constitutionnelle retoquait ladite loi comme le précise d’ailleurs le communiqué rendu public par ledit collectif. « Fidèle à sa posture de protectrice du pouvoir établi et conforme à sa jurisprudence de toujours, la Cour Constitutionnelle a déclaré notre requête irrecevable », a-t-il indiqué. 

Dans ledit communiqué « Appel à Agir » a souligné que nonobstant le rejet par la Cour constitutionnelle de leur requête, celle-ci a néanmoins précisé quelques préalables juridiques auxquels le gouvernement Nkoghe Bekale aurait dû se soumettre avant la promulgation de ladite loi. C’est en cette occurrence qu’elle a indiqué qu’une loi d’exception adoptée pour assurer la gestion d’une situation exceptionnelle « doit préciser la procédure de déclaration de l’état de catastrophe sanitaire, déterminer l’autorité publique qui y procède, indiquer la nature du terme par lequel la déclaration est faite et, enfin, l’organe au sein duquel la décision est prise ». Chose qui résolument n’a pas été prise en compte par l’ancien gouvernement. 

Le gouvernement Julien Nkoghe Bekale qui en refusant d’observer les recommandations de la Cour constitutionnelle soulevées concernant la loi n° 003/2020 relative aux catastrophes sanitaire afin que son cadre juridique soit respecté, a violé certaines libertés fondamentales doctement garanties par la Constitution. « Nous avons regretté que le Gouvernement précédent ait ignoré la décision de la Cour Constitutionnelle et choisi de fonctionner en marge de la légalité républicaine », ont souligné les membres du collectif « Appel à Agir ». 

Desdites violations, le Collectif « Appel à Agir » a mentionné « l’interdiction sur l’ensemble du territoire des regroupements de plus de dix personnes, qui rend entre autres impossible toute manifestation publique, constitue une violation de la liberté d’expression garantie par la constitution ». C’est justement en  prenant appui sur ces recommandations de la Cour Constitutionnelle que les dix ont appelé le nouveau locataire de la Primature Rose Christiane Ossouka Raponda a adopter une approche soucieuse et respectueuse de l’Etat de droit.

« Parce que la violation permanente de la loi ne saurait constituer un modèle de gouvernement pour notre pays, nous attendons de votre Gouvernement la levée de toutes ces mesures illégales qui sont arbitrairement imposées au pays », ont-ils demandé au Premier ministre.

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt