Coronavirus : le Gabon ferme ses frontières aux passagers en provenance de Chine

Gabon Gabonmediatime Aeroport De Libreville Coronavirus Gabon
Contrôle de santé à l'Aéroport de Libreville © D.R.

Alors que l’épidémie liée au mystérieux Coronavirus chinois suscite de plus en plus d’inquiétudes à travers le monde, le Gabon qui compte une forte communauté chinoise, a par le biais du ministère de la Santé, tenté de rassurer les populations. Ainsi, dans un communiqué dont Gabon Media Time a obtenu une copie, le département que dirige Max Limoukou a annoncé d’une part l’élévation du niveau de surveillance, et d’autre part la suspension  de l’accès au territoire national à tout passager en provenance de Chine.


Avec à ce jour pas moins de 722 morts officiellement répertoriés, plus de 34 500 personnes contaminées et pas moins de 320 cas  de contamination confirmés dans une trentaine de pays et territoires, le Coronavirus chinois est passé du stade de simple épidémie à celui « d’urgence mondiale » selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Face à cette menace de nombreux pays ont mis en place un dispositif sécuritaire pour contenir le risque, c’est notamment le cas du Gabon. 

En effet, après avoir annoncé récemment avoir pris les mesures nécessaires face à ce qui s’apparente à une endémie, le gouvernement, par le biais du ministère de la santé vient d’annoncer le renforcement des mesures de sécurité. Si pour l’heure « aucun cas suspect ou déclaré n’a été enregistré sur le territoire national » comme on peut le lire dans le communiqué, le gouvernement a néanmoins décidé « d’élever le niveau de surveillance et de suspendre, jusqu’à nouvel ordre, l’accès au territoire national à tout passager en provenance de Chine ». 

Loin d’être anodine, cette décision envoi un signal fort à la communauté internationale notamment au regard de la forte densité de ressortissants chinois présents au Gabon et du volume des échanges entre nos deux pays. Par ailleurs, quand on sait que de récentes données établissent un lien entre le pangolin (animal le plus braconné du monde et très prisée au Gabon) et le virus, cette décision souligne la prise de conscience du gouvernement face à cette pandémie.

Laissez votre commentaire