Construction de nouveaux établissements, où sont passés les financements de 2013?

C’est la question qu’on pourrait se poser, après l’information faisant état de l’octroi par l’Agence française de développement d’une enveloppe de 100 milliards pour la construction de nouveaux établissements scolaires à Libreville et Port-Gentil. Une interrogation légitime lorsqu’on sait qu’en 2013 il était inscrit au budget de l’Etat  20.17 milliards destinés à la construction et à l’équipement d’établissements secondaires.

Le ministre de l’Education, Florentin Moussavou, s’est réjoui de l’appui apporté par l’Agence française de développement au gouvernement pour la construction de plusieurs établissements. Cette appui financier de près de 100 milliards de Fcfa vient à point nommé au vue des conditions d’apprentissages souvent difficiles subies par les élèves, notamment à cause du sureffectif constaté dans l’ensemble des établissements au Gabon, où une centaine d’apprenants est parfois entassée dans une seul salle de classe.

Ainsi, la construction de nouvelles écoles devra pallier à cet état de fait,  et améliorer les conditions d’apprentissage des élèves, l’objectif étant d’atteindre le ratio d’une trentaine d’élèves par classe au niveau des établissements publics.

Toutefois, bien que l’opinion salue la volonté qu’a le gouvernement d’améliorer les infrastructures éducatives, elle s’interroge sur la destination qu’a pris le budget affecté il y a quelque année pour la construction d’une soixantaine de lycée. Il semble malheureux que ce soit désormais l’Agence Française de Développement qui  octroie des fonds pour la construction d’établissements, alors qu’il existait un projet financé dans ce sens.

Ce financement inscrit dans les lignes budgétaires en 2013, semble n’avoir jamais été exécuté, puisque des établissements censés avoir été construits sont invisibles aux yeux des citoyens.  D’ailleurs, l’analyste économique Mays Mouissi, relevait que sur les 20.17 milliards, 14 milliards ont été affectés à l’Agence nationale des grands travaux (ANGT) pour le suivi et l’exécution des projets. Il nous apprend que « l’inscription budgétaire de 20,17 milliards aurait dû financer les dépenses suivantes, soixante nouveaux lycées et leur équipement (7.6 milliards FCFA), dix  nouveaux internats et leur équipement (2.5 milliards FCFA) cinq rénovations d’internats (781 millions FCFA), un lycée scientifique à Koulamoutou (4 milliards FCFA), un Collège d’enseignement secondaire à Mpaga (300 millions FCFA), l’extension et l’équipement du CES de Cocobeach (1.15 milliards FCFA), l’achèvement des autres travaux en cours (3.8 milliards FCFA) ».

Fort est de constater que «2 ans après le vote de la Loi des finances et 1 an après l’exécution intégrale du budget 2013, les gabonais cherchent encore les 60 nouveaux lycées qui auraient dû être construits sous la conduite de l’ANGT. Il y a certes eu quelques nouveaux bâtiments dans l’enceinte du lycée national Léon Mba et dans la proche banlieue de Libreville mais il est clair que 60 lycées n’ont pas été construits au Gabon, ni en 2013, ni en 2014. Par ailleurs les 10 nouveaux internats dont la construction fut inscrite au budget de l’Etat sont eux aussi introuvables » précisait-t-il.

Ce triste constat devrait dès lors interpeller le gouvernement, qui doit apporter des réponses clair sur ce sujet, il en va de leur devoir envers le peuple gabonais.

© Crédit photo: mays-mouissi.com

Laissez votre avis