Conseil provincial PDG-Ogooué Ivindo : entre trafic d’influence et suspension du secrétaire provincial

C’est une véritable bérézina à laquelle on assiste depuis quelques jours au sein du Parti démocratique gabonais (PDG), qui a entamé le renouvellement à la tête de ses structures de base et plus particulièrement dans la province de l’Ogooué-Ivindo. Dans un point de presse qui s’est tenu ce mardi 07 novembre 2017, le secrétaire national et porte-parole dudit parti, Léandre Anoue  Kiki a annoncé la suspension pour indiscipline notoire  de  Faustin Mbounda, secrétaire provincial de l’Ogooué Ivindo; nous rapporte le site Gabonactu.

En effet, faisant suite au cafouillage observé lors de l’élection des membres du bureau politique, du conseil national et du comité central par les organes de base du parti dans la province de l’Ogooué-Ivindo, le porte-parole de cette formation politique a indiqué qu’«en vertu des dispositions de l’article 154 des statuts, (et) ne pouvant plus tolérer de pareils désinvoltures à ce niveau de responsabilités, au moment où le Parti Démocratique Gabonais  amorcé des réformes d’une grande ampleur devant aboutir à sa Régénération et sa Revitalisation, le secrétaire provincial de l’Ogooué Ivindo est  suspendu de ses fonctions jusqu’à nouvel ordre».

Les plus hautes instances reprochent à Faustin Mbounda d’avoir manqué à ses obligations, lors du conseil provincial qui s’est tenu le 5 novembre dernier, au cours duquel il a brillé  par  son absence. Une situation qui aurait contribué à installer le doute lors de cette rencontre. Selon certaines indiscrétions, le cafouillage et la cacophonie observés lors du conseil provincial auraient été orchestrés par certains cadres de la province.

«Malgré les trafics d’influence et les reportages télévisés de manipulations de la base par certains responsables politiques réfractaires à l’élection, toutes les provinces procéderont sans détours aux élections, comme cela s’est fait au conseil provincial du Woleu-Ntem, dans le calme, la sérénité et la responsabilité», a martelé   Léandre Anoue  Kiki.

Laissez votre commentaire