Conseil d’administration de la GOC : Entre restructuration et perspectives

Vue des membres du conseil d'administration de la GOC @ Montage GMT

Le Conseil d’administration de Gabon Oil Company (GOC) s’est tenu le vendredi 28 juillet 2017 à son siège flambant neuf sis à Kalikak, dans le premier arrondissement de Libreville, sous la présidence de Serge Mickoto. Cette rencontre avait pour objectif de passer en revue le bilan de l’entreprise, mais aussi les perspectives pour le compte de l’année 2018.

Ouvrant cette séance de travail, le Conseil a tout d’abord félicité l’Administrateur-Directeur général, Arnauld Engandji-Alandji, pour la bonne gestion de l’entreprise depuis sa nomination à la tête de cette entreprise. Celle-ci a entre autres permis à l’unique entreprise pétrolière nationale d’apporter un certain nombre d’équilibre dans ses comptes financiers, après un santé économique délicate.

«Le Conseil a constaté les résultats de l’année qui montrent clairement que nous avons ramené l’entreprise à un équilibre financier. Et aujourd’hui, nous pouvons nous déployer vers une nouvelle stratégie», a indiqué Arnauld Engandji-Alandji.

Au titre des stratégies qui ont été mises en place, on note le retrait progressif des opérations à risque, certaines d’entre elles nécessitant des ressources très importantes, qui ne peuvent être obtenues de l’Etat du fait de la crise dans le secteur pétrolier.

Il a été donc retenu d’opérer un repositionnement, qui aura pour objectif de placer Gabon Oil Company dans son rôle exclusif de gestion de participations de l’Etat. Le Conseil a ainsi approuvé la cession d’intérêts à des partenaires qui devront désormais  opérer pour le compte de l’entreprise.

Cette réorientation dans son activité permettra non seulement de minimiser le risque financier sur la GOC, mais aussi de réduire les charges, vu que le personnel sera mis à la disposition de ces partenaires. Ce qui conduira à la réduction des charges sur le fonctionnement de l’entreprise.

Abordant les perspectives pour l’année 2018, il ressort que trois filiales ont été créées dans le domaine des services, notamment dans les domaines de la logistique, de la vente en détail et dans l’ingénierie et de construction. A terme, pour celle exerçant dans le domaine de la logistique, elle se chargera de tout ce qui est transit-douanes, transport de produits pétroliers. La deuxième détiendra des stations-services, avec pour objectif majeur d’avoir son propre réseau de distribution.

Pour Arnauld Engandji-Alandji, il s’agit pour l’Etat «d’avoir une présence dans la distribution des produits raffinés, de telle sorte que l’indépendance énergétique qui est le leitmotiv des plus hautes autorités soit atteint». Enfin la dernière filiale, celle de l’ingénierie et de construction, sera chargée de tout ce qui est travaux de maintenance, de construction et d’entretien des sites pétroliers.

Laissez votre avis