Condamné à 12 ans de prison pour coups mortels sur son bébé

Photo illustrative © D.R

C’est  la sentence prononcée à l’encontre Paul Moungou lors de la session criminelle extraordinaire de Port-gentil. Ce gabonais de 54 ans, devra aller méditer sur son sort  au sein de la prison centrale de la capitale économique, après avoir porté des coups mortels sur son nourrisson de 9 mois, nous rapporte le quotidien L’Union.

Les faits se déroulent au quartier Matanda, dans le 4ème arrondissement de Port-Gentil, alors qu’il rentre chez lui avec du poisson, Paul Moungou, va demander à son épouse, Mireille Moulanga, de lui faire un bouillon. Suite au refus de cette dernière, il entre dans une colère noire, s’ensuit une bagarre entre les deux devant leurs enfants. Profitant d’un manque d’attention de son époux, elle réussit à s’échapper.

Furieux semble t-il, Paul Moungou, va arracher le nourrisson des bras de sa grande soeur et le lancer en direction de la mère, le bébé dans la chute se fracasse le crâne et les membres, puis,  meurt sur le coup.

Chose étrange, démontrant l’esprit de criminel de Paul Moungou, comme si de rien était, il va se rendre dans un bar du coin pour consommer de l’alcool. C’est sous la pression des riverains, informé de l’acte  criminel de ce dernier, qu’il va prendre la poudre d’escampette s’évanouissant dans la nature 3 jours durant.

Il va par la suite se rendre lui même à la brigade de gendarmerie. Entendu lors de la session criminelle, Paul Moungou, après le plaidoyer de son avocat, bénéficie de circonstances atténuantes, estimant que son client avait agi sous le coup de la colère et n’avait pas l’intention de donner la mort à son enfant. Il écope donc de 12 ans de réclusion criminelle, au lieu des 20 ans recommandé par le ministère public, et devra verser la somme de 7 millions de Fcfa à sa concubine pour coups et blessures volontaires.  

Laissez votre avis