lundi,2 août 2021
AccueilA La UneComilog cumule près de 70% de la production nationale de manganèse au...

Comilog cumule près de 70% de la production nationale de manganèse au premier trimestre

Ecouter cet article

Dans le sillage des exercices précédents, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), filiale du géant français Eramet, a une nouvelle fois vu sa production atteindre des sommets. Comme le révèlent les données couplées de la note de conjoncture sectorielle et du rapport d’activités du géant minier, près de 70% de la production nationale de manganèse au premier trimestre sont à mettre à l’actif de Comilog. Confirmant ainsi son statut de leader sur le territoire.

A l’image de l’ensemble des secteurs clés de l’économie excepté le secteur pétrolier dont l’activité a quelque peu vacillé au premier trimestre, l’activité de manganèse a connu une belle évolution. Dans le sillage de ces opérateurs clés, celle-ci s’est ainsi fortement appréciée, affichant une hausse de près de 5% à 2,2 millions de tonnes. Des chiffres principalement imputables à la bonne tenue de l’activité de la filiale locale du géant français des mines et de la métallurgie, Eramet.

En effet, dans le cadre du programme d’expansion de sa mine, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), a vu sa production de minerai de manganèse fortement augmenter avec plus de 1,5 million de tonnes. En hausse de plus de 17% par rapport au premier trimestre 2020, cette hausse comparée à l’ensemble de la production nationale, fait donc de l’opérateur minier le principal acteur du secteur avec près de 70% de part de marché. Soit plus du double de la production des deux autres opérateurs que sont Nouvelle Gabon Mining et CICMHZ.

Justifiant ainsi son statut de major, Comilog qui a également vu ses volumes de minerai de manganèse transportés augmenter de 11% au premier trimestre, tout comme ses ventes externes (hausse de 21%), affiche donc une progression constante et continue. Toute chose qui devrait conforter l’idée des plus hautes autorités à travers la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), de renforcer l’action de l’institution financière dans ce secteur où elle est déjà engagée à hauteur de 4,7 milliards de FCFA.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...