Combien le maire Aperano a-t-il empoché pour la mise au vert du Stade Mandji dans son hôtel?  

Bernard Aperano © D.R

Depuis quelques jours, séjournent à l’hôtel Georges Aurat d’Omboué dans la Province de l’Ogooué Maritime, les joueurs et le staff du stade Mandji dans l’optique de préparer la reprise du championnat national de football de première division. Sauf que cette structure hôtelière est la propriété du l’édile de la commune de Port-Gentil Bernard Aperano, toute chose qui soulève des questionnements sur le montant perçu par ce féru d’espèces sonnantes et trébuchantes.

L’affaire défraie la chronique depuis sa mise au jour. En effet, le propriétaire du somptueux hôtel Georges Aurat et du reste premier citoyen de la ville de Port-Gentil Bernard Aperano s’est fait prévaloir de ce dernier statut pour ordonner la mise au vert du Stade mandji dans son établissement hôtelier.

Cette fourberie bien entretenue aurait eu pour conséquence le siphonnage des fonds alloués à cette équipe sportive qui perçoit une subvention de 300 millions de Fcfa de l’hôtel de ville de Port-Gentil et dont la préparation à Omboué ne s’explique pas au vu du manque d’installations sportives et d’une équipe adverse capable d’assurer au Stade mandji une préparation conséquente. Combien l’édile recevra t-il pour la mise au vert des dirigeants et footballeurs du stade Mandji à Omboué? C’est la question que se posent de nombreux citoyens au regard des prestations de service qu’offre son hotel.

D’ailleurs pour plusieurs observateurs du landerneau politique port-gentillais, il serait illusoire de croire que la « main noire » de Bernard Aperano ne serait pas à l’origine du choix de la destination Omboué. Certains affirmant même que le responsable du Stade Mandji Jean Jacques Igamba , ne serait qu’un simple factotum. «Ce cadre du parti de Ndaot qui ne pèse plus lourd après la débâcle du PDS aux dernières élections locales serait sur le point d’être éjecté de ce poste juteux », a déclaré une source à l’hebdomadaire Moutouki.

Le président de cette équipe de football qui occupe cette fonction dans le cadre d’une cogestion avec le Parti pour le développement et la solidarité (PDS) aurait un avenir incertain, le Parti démocratique gabonais (PDG) ayant obtenu la majorité absolue au Conseil municipal. Son remplacement par l’actuel secrétaire général, Boniface Ndjaou, très proche du businessman Bernard Aperano  reste une hypothèse non-négligeable.

Laissez votre commentaire