Cnss : Le collectif des chauffeurs menace de saisir la justice

Le collectif des chauffeurs du parc automobile de la Direction générale de la Caisse national sécurité sociale (Cnss) menace d’ester en justice contre son employeur, il revendiquerait le paiement de leurs heures supplémentaires suspendues, ainsi que leur rétablissement rapporte l’hebdomadaire la Une n°163 de ce vendredi 28 avril 2017.


Ces chauffeurs réclament le paiement de la somme de 94. 597.030 F CFA correspondant aux heures supplémentaires qui leur sont dues par leur employeurs. Ils envisageraient de saisir la justice pour obtenir gain de cause.

La Une précise que c’est suite à un surcroît de travail et/ou de responsabilité, puis à une surcharge en heures supplémentaires que la prime aux chauffeurs de la Cnss avait été instituée par Antoine D’Angouali Yalanzele, ancien directeur général (cf note n° 48 du 5 janvier 2006).

A cette époque, les hôpitaux (Jeanne Ebori, Hôpital Pédiatrique d’Owendo et Paul Igamba) étaient encore placés sous la tutelle de la CNSS. Marie-Thérèse Ndong Obiang; devenue Dg, avait tant bien que mal géré cette situation. Cependant, la dette est restée entière jusqu’à la mise à la disposition des hôpitaux de la Caisse à l’Etat.

A la suite de Marie-Thérèse Ndong Obiang, poursuit notre confrère, Désiré Lasségué; actuel directeur général, se devait de gérer l’actif et le passif comme le veut la tradition. Mais, «il serait resté indifférent», confie l’hebdomadaire. Malgré les interventions du secrétaire général de la Cnss, Arsène Lessy Moukandja, et de l’inspecteur départementale du travail de l’Estuaire.

Le collectif des chauffeurs aurait donc décidé d’ester en justice contre son employeur, c’est à dire la Cnss et son représentant légal; Désiré Lasségué.  «Ces pères de famille, qui se disent floués, entendent rentrer dans leurs droits, car ils ont bel et bien travaillé et refusent de laisser ce qui leur est dû passer par pertes et profits.», conclut la Une.

Laissez votre commentaire