CNAMGS: Jacob Ongouori prend ses fonctions de PCA

Passation de charge entre Jacqueline Bignoumba et Jacob Ongouori, ce mercredi 11 avril 2018 © GMT

Ce mercredi 11 avril 2018, le siège de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), a servi de cadre à la cérémonie de passation de charge entre l’ancienne présidente du Conseil d’administration, Jacqueline Bignoumba et le nouveau, Jacob Ongouori. Cette cérémonie s’est déroulée en marge du conseil d’administration extraordinaire de cette entité en charge de la mise en oeuvre la politique gouvernementale en matière de prévoyance sociale.

Ainsi c’est sous la houlette du commissaire du gouvernement auprès du ministre d’Etat, ministre du développement social et de la Famille, de la Prévoyance sociale et de la Solidarité nationale, Diane Ndong Nguema que le nouveau PCA de la Cnamgs a été introduit dans sa nouvelle fonction. Nommé en Conseil des ministres en janvier dernier, Jacob Ongouori aura la lourde charge d’assurer la présidence du Conseil d’administration de cette entité qu’il connaît bien, puisqu’il a occupé le poste de  directeur général adjoint de la structure en 2017.

Au terme de cette cérémonie, la représentante du ministère de la Prévoyance sociale a tenu à remercier l’ancienne PCA Jacqueline Bignoumba qui a jusqu’à récemment «conduit la Cnamgs avec beaucoup de collaboration», avant  d’inviter le nouveau promu à beaucoup d’engagement pour la bonne conduite de l’institution. «Monsieur Jacob Ongouori est quelqu’un qui connait la maison, il a occupé des hautes fonction qui font de lui une personne ressource pour occuper ce poste et nous pouvons lui faire confiance pour mener à bien la mission dont il a désormais la charge», a-t-elle indiqué.

Pour le nouveau PCA, les chantiers s’avèrent nombreux et il entend mener à bien plusieurs réformes s’articulant essentiellement autour de la reconquête de «la confiance des prestataires de soins publics et privés», et cela passe par «l’apurement des arriérés de dette accumulés», a-t-il souligné.

Jacob Ongouori entend également prôner l’instauration de procédure plus efficace de contrôle des prestations offert par la Cnamgs. «Nous devons renforcer notre immatriculation, durcir notre controle medical, rendre plus sélectif l’accès au soins et actualiser le panier de soins et les modalités de sa prise en charge», a-t-relevé.