Climat des affaires: le Gabon 169e sur 190 au classement Doing Business

Vue de Libreville, capitale du Gabon © D.R

L’édition 2019 du très attendu classement doing business de la banque mondiale, a été rendu public ce mercredi 31 octobre 2018. Si bon nombre de pays entreprennent des réformes en vue d’améliorer le climat des affaires, avec plus ou moins de succès, d’autres se heurtent à des difficultés. En ce qui concerne le Gabon, malgré quelques légers motifs d’espoir, il est encore difficile d’entreprendre comme en témoigne son 169ème rang à l’échelle mondiale.

Devenu en quelques années la référence dans le monde des affaires, le classement doing business publié par la banque mondiale (BM), sert aujourd’hui à mesurer la réglementation des affaires et son application dans pas moins de 190 pays. Ainsi, le Gabon qui a fait de l’entrepreneuriat notamment des jeunes son cheval de bataille, n’échappe pas au regard avisé des experts de la BM qui scrutent la moindre évolution.

En effet, classé au 35ème rang africain et au 167è mondial en 2018, le Gabon occupe cette année le 169ème rang mondial et le 41è rang  africain, preuve que malgré les nombreuses mesures prises par les autorités pour faciliter les affaires sont encore loin d’être suffisantes. Mettant notamment en lumière les difficultés d’ordre fiscal que rencontrent les opérateurs économiques dans le pays, la BM crédite le Gabon d’un score de 35,92 points, en classant le pays au 183è rang mondial dans ce domaine.

Outre l’aspect fiscal, d’autres aspects plombent le climat des affaires au Gabon. Ainsi, les difficultés d’accès au réseau électrique dans certaines zones malgré une légère embellie, les lenteurs administratives en matière de traitement des permis de construire ou encore les difficultés d’accès au crédit et la protection des investisseurs minoritaires, empêchent le pays d’atteindre un seuil critique d’investisseurs.

Si le pays essaie tant bien que mal de s’arrimer à des normes de gestion internationalement reconnues, comme en témoigne la mise en place d’un guichet unique pour la création d’entreprises, le chantier est encore immense. Il faudra donc pour les autorités, mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard accusé sur d’autres pays du continent.

A noter que dans cette édition doing business 2019 et pour la première fois, les deux premiers pays africains dans ce domaine que sont l’île Maurice et le Rwanda, ont réussi à se classer devant des économies industrialisées telles que la France ou l’Espagne, preuve qu’en fournissant les efforts nécessaires et en optimisant les ressources, tout est possible.  

Laissez votre commentaire