samedi,28 novembre 2020
Accueil A La Une Cité Magnolia: la gestion peu orthodoxe des entreprises adjudicataires à l’origine de...

Cité Magnolia: la gestion peu orthodoxe des entreprises adjudicataires à l’origine de l’arrêt des travaux

S’acheminet-on vers une bataille judiciaire entre la Caisse de Dépôts et Consignations (CDC) et les entreprises adjudicataires du chantier de la cité Magnolia sis à Angondjé. C’est la question qui taraude les esprits depuis quelques jours après la décision de l’établissement financier de résilier les contrats le liant aux dites entreprises du fait de la gestion peu orthodoxe des finances mises à leur disposition pour la finalisation de ce chantier. 

Financés à hauteur de 10 milliards FCFA par l’entremise d’Avorbam Investissements, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts et Consignations du Gabon, les travaux de finition de la « cité Magnolia » connaissent depuis janvier 2020 un blocage pour le moins incompréhensible. A l’origine de cet imbroglio, les entreprises commises à la réalisation dudit projet qui n’auraient pas respecté les termes du contrat. 

Entre retards dans la conduite des travaux et défauts de construction, les griefs faits aux entreprises Nebulia Group, Compagnie de construction de l’ogooué et GFRA BTP ne semblent pas dater d’hier. Il faut dire que dans l’optique d’achever ce projet ambitieux, la CDC a effectué plusieurs mises en demeure qui sont restées lettre morte alors que les entreprises ont reçu plusieurs paiements. Selon une source proche de la direction générale de l’établissement financier, ces dernières auraient déjà été payées à « hauteur de 114% » et 2,5 milliards de pénalités de retard

Exemple patent de la mauvaise foi de ces sociétés, pourtant gabonaises et susceptibles de comprendre les enjeux d’un tel projet, elles accumuleraient près de 2,5 milliards de pénalités de retard. Une situation incompréhensible alors que selon le maître d’œuvre, les travaux sont terminés à 95%. « Ces entreprises n’ont pas su gérer leur trésorerie. La preuve de cette irresponsabilité, un entrepreneur avec un bâtiment de plus de 400 millions a déjà touché plus de 300 millions et il ne lui reste que 60 millions. Pourtant il n’est qu’au gros œuvre », nous a confié notre source.

Une situation préjudiciable pour la Caisse de Dépôts et Consignations mais surtout pour les réservataires, qui ont déjà versé 5,7 milliards de FCFA, qui a contraint l’établissement financier à résilier les contrats des entreprises le 24 juin dernier mais surtout a annoncé des poursuites judiciaires contre les entreprises Nebulia Group, Compagnie de construction de l’ogooué et GFRA BTP.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion