CimGabon dans l’abîme suite à la concurrence étrangère

Jadis fleuron de l’économie gabonaise dans le domaine de la production et la commercialisation du ciment, l’entreprise Cimenterie du Gabon (CimGabon), ex-filiale du groupe norvégien Heidelberg, connaît depuis plusieurs années une concurrence effrénée provenant de certains pays européens, du Cameroun et d’Asie. Une situation qui semble mettre à mal la santé financière des cimenteries du Gabon, rendant ainsi son avenir incertain.

Face à la concurrence l’entreprise a subit une perte de 72% de parts de marché, elle se retrouve actuellement sous le poids d’énormes pertes financières. Entre 2012 et 2013, les responsables de l’entreprise indiquent que les pertes enregistrés s’élevait à 10,8 milliards de FCFA.

C’est donc face à cette situation que les travailleurs de la société, membres du Syndicat national des travailleurs des carrières (Synatrac), ont saisi le gouvernement afin qu’il prenne des mesures visant à protéger l’industrie locale.

A ce propos, Edgar Gervais Obiang, secrétaire général du Synatrac est catégorique «Si on continue d’importer le ciment de l’étranger sans tenir compte d’un certain nombre de facteurs, CimGabon va mourir». En outre, il relève que «nous avons convaincu l’employeur, en décembre dernier, de tout faire pour nous payer les salaires jusqu’en mars, et cela a été fait ; à partir de ce mois d’avril, si l’Etat ne fait rien, nous allons rejoindre le lot des employés qui ne sont pas payés par leur entreprise».

Cette situation n’est pas fortuite, puisque le gouvernement il y a quelques années avait décidé de libéraliser l’importation du ciment, notamment suite à l’incapacité de CimGabon à satisfaire la demande nationale. Une libéralisation qui a permis aux importateurs en quête de parts de marché de casser les prix de 10 à 15% pour démocratiser l’accès de ce matériau de construction à un plus grand nombre, mettant ainsi en difficulté les activités de CimGabon dont les produits coûtent toujours cher sur le marché, malgré cette concurrence extérieure.

Laissez votre avis