jeudi,26 novembre 2020
Accueil Actualités Administration CHUO: Guy Patrick Obiang Ndong promet des sanctions à l'encontre des fauteurs...

CHUO: Guy Patrick Obiang Ndong promet des sanctions à l’encontre des fauteurs de trouble

En plein trouble depuis quelques jours, suite à une plainte des agents de santé du Centre hospitalier universitaire d’Owendo (CHUO) mettant à mal leur Directrice générale le Dr. Elise Eyang Obame dans deux affaires de concussion et de corruption, le pôle hospitalier de la cité portuaire a reçu hier la visite du ministre de la Santé. À cette occasion, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong a tapé du poing sur la table en interpellant le personnel sur ses insuffisances dans la prise en charge efficace des patients tout en fustigeant sa mauvaise foi vis-à-vis de son premier responsable. 

Alors que les autorités compétentes sont à pied d’oeuvre pour améliorer l’offre de soins aux populations, plusieurs structures hospitalières sont malheureusement orientées dans des guerres intestines. C’est notamment le cas au Centre hospitalier universitaire d’Owendo où un collectif de médecins, infirmiers et sages femmes aurait décidé de faire éjecter le Dr. Elise Eyang Obame de son poste de Directrice générale de ladite structure. 

Pour ce faire, une plainte à son encontre a été déposée au sommet de l’État, arguant que cette dernière aurait plongé dans la corruption et les malversations financières respectivement dans les affaires relatives à l’achat à France Implant et le détournement présumé de 314 millions FCFA tirés des prestations Cnamgs. Mais qu’en est-il réellement ? C’est la question que se posent plusieurs observateurs du secteur de la santé et même les autorités judiciaires saisies. 

C’est donc pour connaître le fin mot de cette affaire que le ministre de la Santé, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong a présidé une rencontre dans la journée du mardi 27 octobre dernier au sein de ladite structure hospitalière. Une rencontre qui s’est déroulée en présence de l’ensemble des responsables des services administratifs et médicaux, du bureau de la commission médicale d’établissement, des médecins, du Président du conseil d’administration et de la direction générale, principale cible des plaignants. 

Loin de transformer l’hôpital en juridiction, le membre du gouvernement a tout de même sermonné les auteurs de cette cabale à ce jour non motivée. « Nul n’est une personne indispensable au CHUO. Pour des incidents mineurs,on nous appelle à des heures tardives. Incapables de prendre en charge les patients à qui vous conditionnez de donner de l’argent à défaut de les orienter vers vos cliniques privées. Arrêtons ça. Vous n’excellez pas du tout. On vous attend sur les résultats, pas sur le Kongossa ou l’escroquerie», a-t-il martelé devant ses pairs. 

Poursuivant son propos, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong a attaqué le problème à la racine en évoquant le différend né de la livraison France Implant. Selon le ministre de la santé, cette livraison n’aurait jamais été notifiée à la directrice générale du CHUO. Pis, la plainte dénonce une tentative de corruption de la part du Dr. Elise Eyang Obame qui refuserait de payer France Implants sous prétexte qu’elle exigerait « 10% du montant de la facture », a-t-il rappelé. Une allégation non élucidée jusqu’à présent par les plaignants.

Par ailleurs le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong a dénoncé une « irresponsabilité » de certains agents de santé. « Arrêtons d’envier les autres. Chacun à son temps. Aucun Directeur général ne fait une demande pour le devenir. […] Pourquoi empoisonner la vie d’autrui ? Et c’est pourquoi je dis en qualité de ministre de la Santé que nous attendons les conclusions des services judiciaires. Parce que des sanctions vont être prises pour ceux qui seront accusés dans ces deux affaires. Et si l’exemple doit partir du CHUO il en sera ainsi » a-t-il conclu à ce propos. 

Précisons au passage que cette sortie du membre du gouvernement fait suite aux éclaircissements donnés à l’assistance par l’agent comptable du CHU d’Owendo. Selon ce dernier, le rapprochement bancaire ne révèle aucune trace de virement dans le compte. De ce fait, les 314 millions présumés détournés n’existent que dans l’imaginaire de ceux qui ont fomenté cette affaire. Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion