Christian Magnagna: «Nous avons oublié d’entretenir la Nationale 1»

Christian Magnagna, ministre de l'Equipement, des infrastructures et des Mines © D.R

Invité le mercredi 23 mai dernier sur le plateau de Gabon 24, le ministre des Infrastructures, Christian Magnagna, a affirmé que la Nationale 1, âgée de 40 ans aujourd’hui, était en fin de vie et qu’il était temps de reprendre son entretien. Un projet aussi ambitieux que celui dont a la charge en ce moment son ministère, à savoir la réhabilitation de l’axe Pk5-Pk12 et qui selon le ministre, pourra être livré au public  d’ici quatre mois.

Le ministre des Infrastructures, Christian Magnagna, a reconnu lors de son passage à l’émission Complément d’info, sur Gabon 24, mercredi dernier, que 40 ans après sa mise en fonction, la Nationale 1 était désormais, faute d’entretien dans un piteux état, et que le gouvernement devrait se résoudre à effectuer des travaux pour sauvegarder ce tronçon routier stratégique pour le pays. «Il faut le reconnaître, nous avons oublié d’entretenir la Nationale 1. Mais désormais, il est question de reprendre son entretien», a-t-il précisé.

Annonçant que depuis l’année dernière, l’Agence nationale des grands travaux et d’infrastructures (ANGTI), a entamé des études en vue de la réhabilitation de la Nationale 1, le ministère en charge des Travaux publics entend recruter en 2019, un opérateur qui pourrait l’accompagner dans la réhabilitation de cette route.

Reliant Libreville au reste du pays, la Nationale 1 devait en principe être rénovée sur un tronçon de 70 kilomètres en 2015. Trois ans plus tard, les travaux ne sont toujours pas achevés, sur l’axe PK5-PK12 et totalement à l’arrêt sur l’axe PK12-Ntoum, et Ntoum-Kango. Avec son récent effondrement au niveau de Four-Place, il apparaît plus que nécessaire que le plan d’urgence annoncé par le ministre Jean Pierre Oyiba, prédécesseur de Christian Magnagna soit mis en oeuvre.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire