Chris Silva et le rêve américain d’un jeune Gabonais

Gabon Gabonmediatime Chris Silva Obame Miami Heat Gabon
En dossard 30 le joueur de Miami Heat Chris Silva Obame © D.R.

Véritable satisfaction du côté du Heat de Miami en ce début de saison, le natif de Libreville réalise des premiers pas convaincants dans la grande Ligue. Avec déjà 18 matchs disputés, un temps de jeu correct avec plus de dix minutes en moyenne pour 4.2 points, 4.3 rebonds et une activité permanente des deux côtés du parquet, Chris Silva non drafté à sa sortie de la fac, profite pleinement de sa chance d’évoluer parmi l’élite du basket-ball mondial. Mais son parcours n’a pas été de tout repos. 


Son parcours semé d’embûches est un véritable exemple pour les jeunes du monde entier, qui rêvent de devenir des étoiles. A 23 ans, le jeune sportif gabonais Chris Silva est un symbole d’abnégation et de persévérance. Parti de Libreville alors qu’il venait d’avoir 16 ans, le prospect a dû quitter son cocon familial pour tenter sa chance au lycée catholique de Roselle dans le New Jersey, sans même savoir poser une phrase en anglais. 

Dans un paysage nouveau où tout était plus grand et mieux organisé, le jeune talent a d’abord eu du mal à se faire à cette nouvelle vie. Il n’avait jamais pris pris l’avion, et se retrouvait un peu comme un cheveux dans la soupe. Loin de se laisser abattre, il caressait le doux rêve de fouler un jour les parquets feutrés des salles de la National Basket Association (NBA). Dans ce parcours difficile, il a toutefois pu compter sur une figure paternelle, celle de l’un de ses oncles, Miguel, qui a su veiller sur lui. 

Pour l’anecdote, un jour, le lycée de Roselle appelle son oncle devenu son tuteur légal, pour lui signaler « qu’il était déprimé et qu’ils voulaient le renvoyer à la maison afin qu’il puisse voir sa famille », chose à laquelle ce dernier répondit « non, je vais lui parler. C’est parce qu’il vient tout juste d’arriver ». Résultat, après un discours poignant au cours duquel il lui a notamment signifié « ça va aller. Tu es entouré de bonnes personnes qui t’aiment », le jeune Chris est reparti remonté à bloc. 

Après trois ans passés dans le New Jersey, il atterri à la fac de South Carolina de 2015 à 2019 où il se révèle être un excellent défenseur doté d’une détente et d’une combativité à toute épreuve.  Aujourd’hui, alors qu’il est une véritable satisfaction pour son head coach Erik Spoelstra qui a eu des frissons lorsqu’il a pris l’entière connaissance du parcours de Chris Silva, celui qui bénéficiait au début de saison d’un two way contract, pourrait définitivement s’engager avec le Heat en Janvier à la mi-saison et ainsi récupérer la 15ème place disponible dans ce roster. 

« D’une maison avec une toiture trouée où Chris devait aller remplir des seaux d’eau à 25 minutes pour que tout le monde puisse se doucher », aux parquets NBA, le natif de Libreville qui « vient d’une famille pauvre », a fait du du chemin. Deuxième basketteur gabonais de l’histoire à évoluer en NBA après Stéphane Lasme, il est un exemple à suivre pour une génération en perte de confiance et à l’avenir incertain. Prochain défi pour lui désormais, ramener sa famille en Floride pour être réuni et qu’ils puissent vivre avec lui ce rêve américain.

Laissez votre commentaire