Challenge nationaliste invite les jeunes au courage et à l’autonomisation

Ghislain Nguie Nze, le samedi 26 mai dernier à Montalier © D.R

Le samedi 26 mai dernier, Ghislain Ngui Nze, président du mouvement Challenge nationaliste a rencontré les jeunes autour d’une causerie, au quartier Montalier La Ferme, dans le 6e arrondissement de Libreville. Cette rencontre avait pour but de porter un regard particulier sur la jeunesse gabonaise qu’il a invité au courage et à l’autonomisation.

Ce sont une centaine de riverains qui ont répondu présents à l’appel à la mobilisation des jeunes, lancé par Ghislain Ngui Nze. Le président du mouvement Challenge nationaliste veut galvaniser la jeunesse gabonaise afin qu’elle sorte du chaos que lui impose la situation du pays. «Nous interpellons les jeunes sur la prise de conscience de  l’appropriation de notre petite économie, par un engagement, une volonté et des actions fortes», a-t-il déclaré.

Le mouvement, soucieux de l’autonomisation des jeunes, voit en la nationalisation des petits métiers, un moyen efficace de lutter contre le chômage. Et même si Ghislain Ngui Nze ne souhaite pas tomber dans la xénophobie, il  entend d’abord protéger la jeunesse gabonaise en manque d’emploi. Il estime d’ailleurs que «si on veut régler le problème du chômage au Gabon, il va falloir remettre les petits métiers entre le mains du citoyen gabonais. Il faut la nationalisation de la petite économie, trop souvent accaparée par les expatriés».

Pour le président de Challenge nationaliste, il est l’heure pour la jeunesse gabonaise de tenir les rennes de son destin, d’arrêter d’être «le petit du bon grand», mais plutôt de se saisir de son droit de participer à la prise de décision qui engage le Gabon. «Un droit ne se négocie pas et il revient à la jeunesse de prendre sa place en optant et adoptant des choix courageux et forts», a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire