CGE: Lambert Noël Matha taxé de violer le Code électoral

Lambert Noël Matha, ministre de l'Intérieur (2ème à partir de la gauche) © D.R

Dans un communiqué de presse parvenu à la rédaction de Gabon Media Time, la «Plateforme des partis politiques de l’Opposition», a fustigé les récentes violations, par le ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha du Code électoral. Ce dernier a fixé un délai d’envoie de la liste des représentants de l’opposition au sein du Centre gabonais des élections (CGE), en violation des dispositions de l’ordonnance n° 00004/PR/2018 du 26 janvier 2018. Nous publions ci-dessous in extenso, ledit communiqué de la Conférence des Présidents de la plateforme des partis politiques de l’Opposition.

« Le 20 avril 2018, le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Lambert Noël MATHA, a fait parvenir à la « plateforme des partis politiques de l’Opposition », une correspondance datée du jeudi 19 avril 2018, adressée aux partis politiques, aux fins de lui faire parvenir la liste de leurs représentants au bureau du Centre Gabonais des Elections (CGE), au plus tard le 23 avril 2018.

Accusant réception de ladite correspondance, la plateforme tient à rappeler à Monsieur le Ministre de l’Intérieur que :

  1. Les dispositions de l’ordonnance n° 00004/PR/2018 du 26 janvier 2018 modifiant, complétant et supprimant certaines dispositions de la loi n°07/96 du 12 mars 1996 portant dispositions communes à toutes les élections politiques en République Gabonaise, notamment ses articles 16a tiret 3, 16v alinéa 1 et 159a tiret 2, n’accordent aucune compétence en la matière au Ministre de l’Intérieur. A contrario, elles en font de manière explicite et exempte de toute interprétation, une prérogative exclusivement réservée au seul Président du Centre Gabonais des Elections (CGE).
  2. Ni l’article 16v nouveau alinéa 1, ni l’article 159a des dispositions transitoires de cette ordonnance, ne fixent le délai dont disposent les partis politiques pour désigner leurs représentants au bureau ou à l’assemblée plénière du CGE, à moins de sept (7) jours à compter de leur saisine par le Président du Centre Gabonais des Elections.

Aussi constate-elle pour le dénoncer, que la posture prise par le Ministre l’Intérieur qui a tendance à violer la loi et à régulièrement s’immiscer avec empressement dans un champ de compétences duquel la loi l’en a expressément exclu, cache mal les desseins inavoués du pouvoir.

En conséquence, la plateforme des partis politiques de l’Opposition s’insurge contre cette démarche du Ministre de l’Intérieur qui viole délibérément les lois de la République, de même qu’elle dénonce avec véhémence et fermeté, les violations récurrentes et flagrantes de l’ordonnance n° 00004/PR/2018 du 26 janvier 2018, perpétrées par celui qui est sensé la promouvoir et veiller scrupuleusement à son application.

La plateforme des partis politiques de l’Opposition invite la communauté nationale et internationale, à mesurer la gravité de ces actes illégaux et antidémocratiques, qui portent atteinte à un processus électoral abusivement retardé par le pouvoir dont les manœuvres dilatoires ne trompent personne.  

Aussi, tient-elle le gouvernement pour responsable de tout dérapage pouvant survenir.

Elle réaffirme sa ferme volonté de prendre part à des élections législatives crédibles et transparentes, ainsi que l’a recommandé le Parlement européen dans le point 5 de sa Résolution du 14 septembre 2017, et attache du prix à l’intégrité du processus de mise en place du Centre Gabonais des Elections, et au strict respect de la loi.

Fait à Libreville, le 21 avril 2018

La Conférence des Présidents de la plateforme des partis politiques de l’Opposition»

Laissez votre commentaire