Cemac: Olam prêt à investir dans la construction d’un port sec à la frontière Gabon-Guinée-Cameroun

Plus que jamais d’actualité comme en témoignent les différentes rencontres qui ont eu lieu récemment, l’intégration sous-régionale pourrait s’accélérer dans les mois à venir en zone CEMAC. Ainsi, comme le souligne la presse locale, la multinationale singapourienne Olam, pourrait participer à ces projets intégrateurs en investissant dans la construction d’un port sec. 

Réunis à Malabo en fin de semaine dernière autour du Président de la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEMAC) EMAC Pr Daniel Ona Ondo, les autorités équato-guinéennes ont évoqué un certain nombre de sujets liés à l’intégration sous-régionale. Entre autres priorités évoquées, la construction des ports secs.

En effet, identifié comme l’un des projets intégrateurs prioritaires en ce qui concerne la Guinée Équatoriale, la construction de ports secs notamment sur la zone des trois frontières, comprise entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée Équatoriale pourrait constituer un grand pas vers une intégration inter Etats et ainsi booster les échanges entre les économies de la zone.

Particulièrement intéressé par ce projet d’envergure, la multinationale singapourienne Olam dont la filiale Gabon Special Economic Zone (GSEZ) est aujourd’hui le principal investisseur du pays, pourrait investir massivement dans ce projet. Via sa filiale Gsez Infra, la société pourrait donner un coup de pouce à une zone qui en a grandement besoin. 

Si d’autres entreprises internationales se sont montrées intéressées par ce « projet innovant » comme l’a souligné Baltazar Engonga, ministre équato-guinéen de l’Intégration, Olam pourrait profiter de ses excellents rapports avec les différents pays de la zone. Reste désormais à saisir la commission CEMAC, pour officialiser le lancement de ce projet d’envergure.

Laissez votre commentaire